Le responsable de la recherche de l’Ecole Polytechnique fédérale Zurich Peter Chen démissionne à la fin septembre. Des falsifications ont été découvertes dans deux articles scientifiques et une thèse de doctorat. L’auteur des manipulations n’est pas identifié.

Peter Chen assume sa responsabilité en tant qu’ancien responsable du groupe de recherche et actuel vice-président pour la recherche. «Par respect pour la renommée de l’EPFZ», il démissionne à fin septembre, a indiqué l’institution.

Les manipulations remontent à1999 et 2000 et concernent trois chercheurs en chimie: Peter Chen comme responsable de recherche, un candidat à l’habilitation et un candidat au doctorat. Ces deux dernières personnes ne travaillent plus pour l’EPFZ.

La manipulation concerne en particulier des résultats liés à l’analyse structurale spectroscopique de radicaux d’hydrocarbures. Après la publication des travaux, d’autres groupes de recherche actifs dans le même domaine ont obtenu des résultats significativement divergents. En janvier 2009, Peter Chen a demandé à la direction de l’EPFZ d’instaurer une commission d’enquête scientifique. Elle a rendu ses conclusions cet été. Certaines mesures ont bien été falsifiées, d’autres données sont «matériellement impossibles». «A ces incongruités s’ajoute le fait très insolite que le carnet de laboratoire pertinent et la plupart des données brutes ont disparu» explique l’EPFZ dans son communiqué. Les trois personnes impliquées reconnaissent les irrégularités, mais nient avoir elles-mêmes manipulé les résultats.

Lors d’une conférence téléphonique lundi matin, Ralph Eichler, président de l’EPFZ, s’est montré choqué: «Dans la recherche, les fraudes ne valent jamais la peine, elles finissent toujours par être découvertes. J’espère que ce cas servira de leçon à nos étudiants.» Ralph Eichler regrette la démission de Peter Chen, «une personne intègre qui a toute ma confiance.» Mais en tant que responsable de la qualité de la recherche, il aurait difficilement pu faire autrement: «sa crédibilité et celle de notre institution étaient en jeu.»

Une procédure juridique interne est encore en cours. Elle devra déterminer si les personnes impliquées peuvent conserver leur titre. Peter Chen garde sa chaire de professeur de chimie et va continuer ses travaux pour l’EPFZ.