«Oufff… Je suis soulagé!» lâche Martin Pohl au bout du fil. Après un report de deux semaines, la navette spatiale américaine Endeavour s’est envolée de Floride lundi dans un ciel nuageux, entamant son ultime périple à destination de la Station spatiale internationale (ISS), avec à son bord l’Alpha Magnetic Spectrometer (AMS-02). Ce module scientifique pourrait percer certaines des grandes énigmes de l’Univers, comme le déséquilibre observé entre matière et antimatière dans le cosmos, ou la nature de ces fameuses matière et énergie sombre, qui empliraient 96% de l’espace.

Pesant quelque 7 tonnes, pour un coût total d’environ 2 milliards, l’instrument a été assemblé au CERN, à Meyrin. Et c’est l’équipe de Martin Pohl, professeur de physique à l’Université de Genève, qui a construit son «cœur», un tracker constitué de plaques de silicium qui doit repérer le passage des astroparticules issues du fond des âges.

Dans la soirée déjà, les scientifiques ont pu «enclencher» le système central de leur détecteur, encore dans la soute de la navette. «Nous voulions mesurer la température de l’instrument, pour savoir s’il faudra un peu le refroidir ou non en vue du transfert. Tout est en ordre», explique Martin Pohl, impatient. Car après avoir été testé en vol, AMS-02, dont l’idée a été lancée il y a 17 ans par le professeur et Prix Nobel de physique Sam Ting, du Massachusetts Institute of Technology, doit être installé dès jeudi sur l’ISS, un fois qu’Endeavour s’y sera arrimée.

Un Européen à bord

L’orbiteur avec six astronautes à bord, dont l’Italien Roberto Vittori de l’Agence spatiale européenne (ESA), s’est arraché de son pas de tir au Centre spatial Kennedy comme prévu lundi à 8h56 heure locale (14h56 en Suisse). Endeavour a atteint l’orbite 8 minutes et 30 secondes après le décollage. Il s’agit du 25e lancement de ce vaisseau spatial, la plus récente des trois navettes de la flotte, en service depuis 1991.

L’ultime lancement d’une navette, le 135e, celui d’Atlantis, est prévu en juillet prochain à une date indéterminée. Ce vol mettra un point final à un programme navette de 30 ans.