«Nous sommes en mission pour sauver 250 000 vies au cours de la prochaine décennie.» La punchline en page d’accueil du site de SkinVision, une application créée en 2010 et destinée à détecter soi-même la présence d’un éventuel cancer cutané à l’aide d’un simple smartphone, laisse songeur.

SkinVision, qui compte aujourd’hui près de 1 million d’utilisateurs, n’est pas seule sur ce segment. SkinScan – autre acteur majeur du secteur, Doctor Mole, ou encore SpotMole… toutes ces applications proposent de photographier des grains de beauté suspects et de les analyser à l’aide d’un algorithme entraîné dans le but d’identifier une croissance potentiellement anormale, pour ensuite inviter l’utilisateur à aller (ou non) consulter un spécialiste.