Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Sur cette image de la NASA, la K2-33, l'une des plus jeunes exoplanètes découvertes. /AFP
© NASA/JPL-Caltech

Espace

Deux jeunes exoplanètes découvertes

La V830 Tau du type Jupiter, et la K2-33b de type «super Neptune» ont été présentées ce lundi. Ces découvertes devraient permettre de mieux appréhender le processus de création de la Terre

Des équipes d’astronomes ont annoncé, séparément, lundi la découverte de deux exoplanètes, les plus jeunes connues à ce jour. Cela donne un nouvel éclairage sur les origines de la formation des systèmes planétaires.

La première est en orbite autour d’une très jeune étoile appelée V830 Tau seulement âgée de deux millions d’années et qui se trouve à 430 années-lumière de la Terre. En comparaison notre soleil date de 4,6 milliards d’années.

Cette planète est du type Jupiter, une géante gazeuse qui orbite son étoile en 4,93 jours, soit cent fois plus près que Jupiter tourne autour du soleil, ont déterminé ces scientifiques canadiens et français dont la découverte est publiée dans la revue scientifique britannique Nature.

Lire aussi: Nuits torrides sur une super-Terre

Deux autres équipes d’astronomes ont chacun confirmé l’existence d’une autre exoplanète juvénile, baptisée K2-33b, qui se trouve dans la constellation du Scorpion à 470 années-lumière de la Terre. Elle est aussi très proche de son étoile (K2-33) puisque son orbite est de seulement 5,4 jours.

D’une taille approximativement cinq fois celle de la Terre qui elle est âgée de 4,55 milliards d’années, cette nouvelle planète se situe dans la catégorie dite des «super-Neptune».

L’existence de K2-33b montre que des planètes peuvent établir leur orbite définitive autour de leur étoile très tôt après leur formation, relèvent ces astronomes dont une équipe a publié sa découverte dans l’Astronomical Journal, une revue scientifique publiée par l’American Astronomical Society, la Société américaine d’astronomie et la seconde équipe dans Nature.

Ces planètes se forment à proximité de leur étoile ou naissent plus loin et migrent ensuite vers une orbite proche par le biais de différentes interactions durant leur formation à partir du disque d’accrétion formé d’un nuage de gaz et de poussière.

3000 exoplanètes découvertes depuis 1995

«Si dans notre système solaire Jupiter ou Neptune avaient migré près du soleil après leur formation, il semble peu probable que la Terre ou toute autre planète rocheuse similaire existerait aujourd’hui», spécule Andrew Mann, un astronome à l’Université du Texas à Austin, l’un des principaux auteurs de cette recherche.

La formation des planètes est un processus complexe et tumultueux qui reste largement mystérieux, notent ces scientifiques. Les astronomes ont à ce jour, et ce depuis 1995, découvert et confirmé l’existence de 3000 exoplanètes dont la plupart sont en orbite autour d'étoiles d’un milliard d’années et plus.

Ces planètes nouvellement nées vont nous aider […] pour la compréhension des processus ayant conduit à la formation de la Terre.

Pour ces scientifiques, tenter de comprendre les cycles de vie planétaire à partir des exoplanètes ayant déjà atteint la maturité, c’est un peu comme essayer d’apprendre comment les humains ont évolué depuis leur naissance en étudiant seulement des adultes.

«Ces planètes nouvellement nées vont nous aider à mieux comprendre comment les planètes se forment, ce qui est important pour la compréhension des processus ayant conduit à la formation de la Terre», explique Erik Petigura de l’Institut de Technologie de Californie (Caltech), un des coauteurs de l’une des études sur K2-33b.

Cette planète a été détectée pour la première fois par le télescope Kepler de la NASA. Les scientifiques ont ensuite effectué d’autres observations avec des télescopes au sol pour confirmer son existence, et déterminer les caractéristiques et propriétés de la planète.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sciences

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

Chaque année, 350 millions d’hectares de forêts, friches et cultures sont ravagés par des incendies, soit la taille de l’Inde. L’astronaute allemand Alexander Gerst partage sur Twitter sa vue panoramique sur le réchauffement climatique depuis la Station spatiale internationale

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

This handout picture obtained from the European Space Agency (ESA) on August 7, 2018 shows a view taken by German astronaut and geophysicist Alexander Gerst, showing wildfires in the state of California as seen from the International Space Station…
© ALEXANDER GERST