Fraude

Deux scientifiques suisses ont cosigné une étude mensongère

En 2018, Hans-Peter Strobel et Olivia Weber vantaient dans les colonnes d’une revue spécialisée les vertus d’un produit miracle, la Malachlorite, administré à 500 patients au Cameroun. Problème: aucun test n’a jamais été mené et tous les résultats sont faux

Retracted. Ce mot anglais (qui signifie «retiré») est le cauchemar de toute la communauté scientifique. S’il est apposé sur un article, cela indique que celui-ci a été annulé car il manquait d’informations, contenait des erreurs… ou pire. Cet été, le mot de la honte a été mis sur une étude parue en 2018 dans la revue GSC Biological and Pharmaceutical Studies. Avec la mention suivante: «Les éditeurs ont récemment été alertés par un lecteur que les faits rapportés dans ce texte sont faux et qu’aucune étude n’a en réalité été menée par les auteurs. Un examen attentif laisse soupçonner une activité douteuse suggérant que les données ont été manipulées ou carrément inventées.»

Lire aussi: Dans les labos, les petits arrangements avec la science