Dix ans après la catastrophe nucléaire de Fukushima, le départ du parcours de la flamme des Jeux olympiques de Tokyo se veut un symbole festif de la reconstruction. Programmé le 25 mars au J-Village, verdoyant complexe sportif aménagé à une vingtaine de kilomètres au sud de la centrale sinistrée le 11 mars 2011 par un puissant séisme et un violent tsunami, l’événement doit «présenter au monde le Fukushima de «maintenant», une région qui a surmonté une catastrophe sans précédent et qui continue de se redresser», se targue Makoto Noji, responsable des sports au département éponyme.

Lire aussi: A Tokyo, il est l’heure de Seiko Hashimoto