Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Un véhicule de MSF dans les rues de Beni, le 2 août dernier.
© Samuel Mambo/REUTERS

Épidémie

Ebola frappe de nouveau, cette fois en pleine guerre

Pour la première fois, le virus sévit dans une zone de conflits armés de la République démocratique du Congo. De quoi compliquer encore plus la tâche des ONG sur le terrain, comme l’explique Gwenola Seroux, de Médecins sans frontières

Gwenola Seroux est responsable de la cellule des urgences de Médecins sans frontières. Avant de s’envoler le 14 août pour la République démocratique du Congo (RDC), elle fait le point sur la nouvelle épidémie qui frappe le pays.

Le Temps: Quelle est la situation actuelle vis-à-vis de l’épidémie de maladie à virus Ebola qui sévit actuellement dans le nord de la RDC?

Gwenola Seroux: Officiellement déclarée le 1er août par le Ministère de la santé de la RDC, l’épidémie a progressé ces dernières semaines. Elle concerne la province du Nord-Kivu, l’une des plus peuplées du pays. L’épicentre de l’épidémie se situe sur le territoire de la ville de Beni, zone de santé de Mabalako, et en particulier dans la localité de Mangina, au nord de la province. C’est une zone frontalière proche du Rwanda, de l’Ouganda, et de la province d’Ituri.

Cet épisode ressemble-t-il à la dernière flambée épidémique, officiellement déclarée terminée le 30 juillet?

Non, la situation est fort différente. L’avant-dernière épidémie en date a eu lieu dans la province de l’Equateur, à l’ouest du pays. Il s’agissait certes d’une zone très difficile d’accès, mais celle-ci était politiquement stable. C’est tout l’inverse dans le Nord-Kivu: bien que les axes de circulation soient la plupart du temps praticables, la province est en proie à des conflits, plus particulièrement la ville de Beni, dont la région est d’ailleurs sous contrôle militaire.

Comment les ONG peuvent-elles travailler dans ces conditions?

Pour ce qui concerne MSF, nous connaissons bien la région pour avoir établi des programmes réguliers depuis une dizaine d’années dans le sud de la province, entre Beni et Goma. Mais depuis un an environ, la situation s’est détériorée. Nos mouvements sont beaucoup plus contrôlés, les accès de plus en plus réduits, à tel point que nos équipes se déplacent désormais en hélicoptère, ce qui était inimaginable auparavant. Forces officielles, milices de village et autres groupes rebelles armés se partagent divers territoires qu’on ne peut traverser en sécurité qu’une fois des garanties obtenues auprès des différents leaders. C’est un contexte exceptionnel car c’est la première fois qu’une épidémie de maladie à virus Ebola surgit dans une zone de conflits.

Lire aussi: Cette fois, il y a un vaccin contre le virus Ebola

Qu’a pu faire MSF, compte tenu de la situation?

Nos équipes sur place se sont rendues à Mangina et ont mis l’accent sur l’isolation des malades. Ils ont ensuite mis sur pied un centre de traitement Ebola, qui a ouvert mardi 14 août. Dimanche, 45 patients étaient hospitalisés à Mangina, sept cas avaient été confirmés et, malheureusement, un membre du personnel de santé, étudiant en soins infirmiers, est décédé. Avec ce centre de soins, nous sommes désormais dans de meilleures conditions pour la prise en charge des patients.

Ensuite, d’autres équipes de MSF vont s’assurer de la sécurisation de ces centres pour pouvoir y amener le matériel de protection, de quoi assurer la formation du personnel soignant et le triage des patients. Dans cette région sévit en effet le paludisme, première cause de consultation, et dont les symptômes de fièvre ressemblent à ceux d’Ebola.

Le vaccin VSV-EBOV, utilisé en juillet lors de la précédente épidémie, sera-t-il cette fois déployé?

Oui, mais le volet vaccination, démarré jeudi dernier, est sous l’égide de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et non de MSF. Nous sommes en négociation avec l’OMS pour l’appuyer dans un deuxième temps, ce qui prend du temps car ce vaccin reste expérimental et impose de suivre un protocole bien précis.

A-t-on une idée de l’origine de l’épidémie actuelle?

C’est toujours difficile à dire mais elle semble avoir démarré tôt, début mai, soit en même temps que celle qui a sévi dans la province de l’Equateur même si les deux virus, de souche identique, sont bien différents.

Pourquoi la déclarer en août, soit quatre mois plus tard?

En RDC, la remontée des informations du terrain jusqu’à la capitale Kinshasa est un défi permanent. En mai, les regards étaient braqués vers la province de l’Equateur, et une certaine part du personnel de santé du Nord-Kivu était en grève depuis plusieurs mois. Tout était donc réuni pour que les premiers cas suspects de cette nouvelle épidémie échappent à la surveillance sanitaire.

Etes-vous optimiste quant à la situation?

Cette épidémie est beaucoup plus compliquée que prévu, on ne sait pas comment elle peut évoluer. Le pic de cas a-t-il été atteint, ou le pire reste-t-il à venir? Mais surtout, les conflits armés handicapent lourdement les actions de MSF et des autres ONG. Il y a de quoi être inquiet.


Face à Ebola, les craintes du directeur de l’OMS

De retour de RDC, Tedros Adhanom Ghebreyesus se dit encore plus inquiet en raison du contexte régional

De retour de République démocratique du Congo (RDC), le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, s’est déclaré mardi à Genève «très inquiet» à propos de la nouvelle épidémie de fièvre hémorragique Ebola dans l’est du pays. Le niveau d’alerte est élevé mais reste pour l’heure au niveau local, a-t-il précisé.

Quarante et un décès

Plusieurs facteurs risquent toutefois de compliquer la tâche des personnels de santé face à ce nouveau défi sanitaire: le virus se développe cette fois-ci dans une zone de forte densité de population, en zone de conflit (qui voit s’affronter une centaine de groupes armés) et où l’on enregistre un million de personnes déplacées, qui plus est dans une région frontalière. «Cet environnement fait craindre que le virus puisse se transmettre rapidement», souligne Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui a aussi parlé à des responsables de la santé en Ouganda.

Selon l’OMS, 57 cas d’Ebola ont déjà été signalés dans le Nord-Kivu dont 30 cas confirmés et 27 probables. Lundi, on dénombrait 41 décès dont 14 confirmés. «Les femmes et les enfants sont cette fois-ci plus touchés», note le directeur de l’OMS. Sept agents de la santé ont par ailleurs été contaminés.

Nouveau traitement

L’OMS dispose pour l’heure de 3000 doses du vaccin rVSV-Zebov, avec une réserve de 300 000 doses. Pour l’instant, 216 personnes en ont bénéficié, essentiellement des agents de santé. L’organisation ajoute que des équipes médicales ont commencé à utiliser un nouveau traitement, la molécule thérapeutique Mab 114, avec l’accord des patients.

«Nous demandons à la communauté internationale de nous aider à accéder à cette région et appelons les belligérants à stopper les combats. Le virus est dangereux pour tout le monde», déclare Tedros Adhanom Ghebreyesus. La Monusco, la force de maintien de la paix de l’ONU dans l’est congolais, va prêter main forte en mettant à disposition 30 véhicules et en assurant un pont aérien le cas échéant. Frédéric Koller


Publicité
Publicité

La dernière vidéo sciences

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

Chaque année, 350 millions d’hectares de forêts, friches et cultures sont ravagés par des incendies, soit la taille de l’Inde. L’astronaute allemand Alexander Gerst partage sur Twitter sa vue panoramique sur le réchauffement climatique depuis la Station spatiale internationale

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

This handout picture obtained from the European Space Agency (ESA) on August 7, 2018 shows a view taken by German astronaut and geophysicist Alexander Gerst, showing wildfires in the state of California as seen from the International Space Station…
© ALEXANDER GERST