Etudier les capacités cognitives des animaux sauvages est un vrai casse-tête. Il faut réussir à les approcher, faire avec les aléas du temps, les prédateurs, les congénères récalcitrants… Les études se font donc majoritairement sur des animaux captifs, qu’il est facile de faire participer à des exercices.