Un séjour touristique sur Vénus aujourd’hui ne donne pas vraiment envie. Une pression énorme, une atmosphère toxique, plus de 400 degrés à l’ombre… Rien de bien accueillant. Mais certains indices laissent penser que cela n’a pas toujours été le cas. Notre voisine aurait été similaire à la Terre avec même des océans à sa surface. Une croyance jusqu’alors bien établie, qui est désormais mise en doute par une étude suisse parue dans Nature. Emeline Bolmont, astronome à l’Université de Genève, est une des autrices.