L’accord historique adopté en décembre, à l’issue de la COP15 sur la biodiversité, a acté une mise sous protection de 30% des terres et des mers… mais aussi une exploitation plus durable des 70% restants. Un objectif ambitieux, alors que notre système de production agricole est pointé comme l’un des principaux responsables de l’extinction de masse du vivant.