astronomie

Entre Elon Musk et les astronomes, la guerre des étoiles est déclarée

La communauté des astronomes et astrophysiciens s’agace du déploiement de la méga-constellation des satellites Starlink de SpaceX, qui perturbent les observations au télescope

Le torchon brûle entre Elon Musk et la communauté des sciences de l’espace. Les pommes de discorde? Cent quatre-vingts petits satellites, les premiers de la future méga-constellation Starlink mis en orbite autour de la Terre par le fantasque patron de l’entreprise américaine SpaceX. Trois lancements de 60 unités ont été effectués depuis mai 2019, la dernière le 6 janvier. Le but exact de Starlink demeure flou. Il est question de vendre un accès à internet dans le monde entier, en particulier dans les zones actuellement non couvertes.

Noble dessein. Problème, ces engins sont parfaitement visibles depuis le sol, en particulier dans les phases initiales de leur déploiement. A tel point que les astronomes craignent qu’ils ne gâchent les nuits passées devant leurs télescopes. Nombreux sont ceux, amateurs comme professionnels, à se plaindre de Starlink sur les réseaux sociaux, photos à l’appui. Même Didier Queloz, le Genevois Nobel de physique, s’en est inquiété: «Encore des fausses étoiles qui nous empêchent de voir les vraies», déplorait-il sur Twitter le 8 janvier en commentant une photo de la dernière fournée larguée deux jours plus tôt.