Publicité

Le télescope James Webb dévoile un visage inédit de Jupiter

Après de premières images époustouflantes publiées début juillet, la NASA a mis en ligne deux nouvelles vues de Jupiter prises par le télescope James Webb. Des clichés qui montrent la plus grande planète de notre système sous un nouveau jour

Dimages de Jupiter vue par le télescope James Webb publiées le 22 août 2022.  — © AFP PHOTO / NASA, ESA, CSA, Jupiter ERS Team; image processing by Judy Schmidt
Dimages de Jupiter vue par le télescope James Webb publiées le 22 août 2022. — © AFP PHOTO / NASA, ESA, CSA, Jupiter ERS Team; image processing by Judy Schmidt

Des clichés de la plus grande planète du système solaire, il y en avait déjà eu quelques-uns. Mais les nouvelles images Jupiter prises par le télescope James Webb démontrent qu’il n’est pas l’instrument d’observation de l’espace le plus puissant (et le plus cher) jamais construit pour rien. Les photographies dévoilées par la NASA le 22 août permettent de découvrir la géante gazeuse sous un tout nouveau jour.

L’impressionnant niveau de détails de ces images permet de voir comme jamais auparavant les circonvolutions des turbulences qui agitent la surface de Jupiter. On repère très vite la Grande Tache rouge (ici en blanc), l’immense anticyclone dont les dimensions (15 000 kilomètres de long pour 12 000 de large) sont équivalentes à celles de la Terre et où les vents peuvent souffler à plus de 600 km/h.

Mais c’est sur une vue plus large que le nouveau visage de Jupiter apparaît. La photographie prise par le télescope James Webb permet de distinguer les discrets anneaux (un million de fois moins lumineux que la planète elle-même précise la NASA) qui entourent la géante gazeuse, deux de ses lunes Amalthée et Adrastée (Jupiter compte 79 satellites) ainsi que les aurores polaires de la planète et leur diffraction. En un seul cliché, le télescope a rassemblé l’ensemble des éléments et des phénomènes qui intriguent les scientifiques étudiant la planète.

Une version annotée de l’image de Jupiter dévoilée ce 22 août. — © AFP PHOTO / NASA, ESA, CSA, Jupiter ERS Team; image processing by Judy Schmidt
Une version annotée de l’image de Jupiter dévoilée ce 22 août. — © AFP PHOTO / NASA, ESA, CSA, Jupiter ERS Team; image processing by Judy Schmidt

Des images reconstituées

Comme les précédents clichés révélés début juillet, ces deux nouvelles images sont en fait des constructions. Avant d’arriver sur nos yeux émerveillés, elles ont été reconstituées à partir des données brutes d’observations transmises par James Webb. Pour ces images, ce sont les données d’observations de Jupiter dans le domaine infrarouge, invisible à l’œil nu, réalisé avec trois filtres de la NIRCam, un outil dédié à l’observation dans l’infrarouge proche, qui ont été utilisées.

Lire aussi: L’histoire de notre Univers révélée par le télescope James Webb

La NASA nous apprend aussi que l’on doit la reconstruction de ces images en partie grâce au travail de Judy Schmidt, une «scientifique citoyenne», qui s’était déjà fait connaître pour son activité sur les images issues des observations du télescope Hubble. Sans formation scientifique, celle-ci s’est lancée dans le traitement d’images astronomiques après s’être retrouvée sans travail suite à un déménagement à New York. Les informations transmises par James Webb sont traitées par des scientifiques qui en tirent des images destinées à des publications officielles, mais ces données sont aussi exploitées par une foule d’astronomes «amateurs», désignés par la NASA sous le nom de «scientifiques citoyens».

Le traitement choisi ici pour ces vues de Jupiter nous donne quelques informations visuelles. Un des filtres utilisés met en évidence les différents niveaux de réflexion de la lumière. La luminosité indique donc qu’elles sont les éléments les plus en altitude. La Grande Tache rouge qui apparaît ici très blanche est donc composée en partie de brumes situées à haute altitude, tout comme la région équatoriale qui apparaît plus claire.

Destiné à mener ses observations pendant au moins dix ans, le télescope James Webb devrait encore livrer de nombreux clichés inédits de notre Univers.