Une petite surface d’eau stagnante, ponctuée d’iris et de roseaux. Un chemin en bois pour le parcourir, des libellules qui virevoltent, des grenouilles qui coassent. Les étangs sont de formidables espaces de promenade et de délassement. Mais ils représentent beaucoup plus que cela, d’après les scientifiques du projet européen Ponderful, auquel collabore une équipe de la Haute Ecole du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève (Hepia). Ces chercheurs, qui présentaient leurs premiers résultats mardi 30 août dans le cadre de la conférence internationale Intecol 2022, affirment que les étangs pourraient contribuer à résoudre la crise climatique, en absorbant de grandes quantités de gaz à effet de serre.