«Ce que nous souhaitons à présent, c'est pouvoir décider par nous-mêmes du devenir des cellules souches de nos enfants, s'indigne Nora*. Celles-ci contiennent des informations biologiques importantes, or nous ne savons toujours pas exactement où elles se trouvent. Lorsque nous avons contacté le laboratoire en Pologne, désormais chargé de leur conservation, celui-ci nous a annoncé n'avoir trouvé qu'un seul des deux échantillons que nous avions confiés à Cryo-Save. Nous voulons des réponses.»

Lire aussi l'opinion: Ce que l’affaire Cryo-Save dit de nous