L’emballement, puis la douche froide. C’est en substance ce qu’avait provoqué la publication des résultats liés à l’antiviral Molnupiravir (ou Lagevrio de son nom commercial), développé par le laboratoire Merck et son partenaire Ridgeback Biotherapeutics. Contrairement au 50% initialement annoncés par l’entreprise, il apparaissait en effet que le médicament ne réduisait que de 30% le risque d’hospitalisation lié au Covid-19.