Fondé en 1952, alors que la recherche helvétique risquait de sombrer dans la médiocrité après la Deuxième guerre mondiale, le FNS soutient chaque année plus de 8000 chercheurs, a-t-il indiqué mercredi dans un communiqué. Il est la principale institution suisse d’encouragement de la recherche scientifique.

Parmi les bénéficiaires de ses subsides, on trouve de futurs lauréats du prix Nobel, comme le professeur en biophysique à l’EPF de Zurich Kurt Wüthrich ou le professeur en immunologie de l’Université de Zurich Rolf Zinkernagel.

Depuis 1975, le FNS a par ailleurs mené 70 programmes nationaux de recherche sur mandat du Conseil fédéral, afin de trouver des solutions à des problèmes d’importance nationale, programmes qu’il a financé avec plus de 660 millions de francs. Quant aux 28 pôles de recherche nationaux (PRN) créés depuis 2001 pour renforcer les structures de recherche, ils ont bénéficié de 627 millions de francs. Faits et chiffres

En 1952, le budget annuel du FNS se montait à 4 millions de francs. En 1977, il s’élevait à 124 millions de francs, et aujourd’hui il dépasse 700 millions de francs. A l’instar du budget et de la palette d’activités, le nombre de requêtes a crû fortement.

Dans l’encouragement de projets - principal instrument du FNS -, 267 requêtes étaient traitées en 1953 et 741 en 1977. Rien qu’au cours des dix dernières années, elles sont passées de 1762 (2002) au niveau record de 2407 (2011).

Pour sélectionner les meilleurs projets à financer, le nombre de membres du Conseil national de la recherche a été multiplié par sept depuis la création du FNS, passant de 14 à 100 aujourd’hui.

La Suisse figure parmi les nations scientifiques de pointe, note le FNS. En nombre d’habitants, elle dépose un nombre record de brevets et elle publie de nombreux articles dans les revues scientifiques.

Au niveau international, les chercheurs suisses enregistrent par exemple des taux de réussite élevés auprès du Conseil européen de la recherche. Le grand nombre de chercheurs venus de l’étranger souligne aussi l’attrait des hautes écoles suisses. Le FNS se dote d’une charte

Pour son soixantième anniversaire, le FNS s’est offert une charte qui formule son ambition et les principes de son action, autour des valeurs de qualité, d’indépendance, de responsabilité et d’équité. La charte illustre ces valeurs qui visent à encourager l’excellence tant dans la recherche que dans l’activité d’encouragement du FNS, conclut le communiqué.

Cet anniversaire a déjà été célébré le 11 janvier dernier à Berne en présence de 250 personnalités de la recherche, de l’enseignement supérieur et de la politique, parmi lesquelles le conseiller fédéral Alain Berset. Aucune autre manifestation n’est prévue.