Un fragment du crâne fossilisé d’un cœlacanthe, un poisson «fossile vivant», a été découvert dans les collections du Muséum de Genève. Il appartient à un individu de cinq mètres de long qui vivait en Normandie au Jurassique, il y a 165 millions d’années.

Lionel Cavin, conservateur en paléontologie de l’institution, est l’un des rares spécialistes de ce groupe de poissons dans le monde. Il a pu identifier ce fossile d’environ 30 cm de haut et 15 cm de large comme étant un fragment du crâne d’un Trachymetopon.

Enquête policière

Pour différentes raisons historiques, le musée genevois disposait d’assez peu d’informations associées à ce fragment de cœlacanthe du musée genevois. Une véritable enquête policière a alors été menée pour en établir la provenance.

Des fossiles microscopiques découverts dans la roche entourant ce crâne – des foraminifères –, ainsi que des traces d’animaux fossiles et actuels collés à sa surface ont permis de localiser l’origine de ce Trachymetopon. Il provient des falaises des Vaches Noires, en Normandie.

Ce site avait déjà livré des fragments de cœlacanthes d’assez grande taille conservés au musée Paléospace à Villers-sur-mer, situé à proximité des Vaches Noires. Cette découverte illustre remarquablement le lien fondamental qui unit la recherche et les collections scientifiques à la base de la connaissance de la biodiversité et de sa protection.

Plus que deux espèces

Les premiers cœlacanthes apparaissent il y a 420 millions d’années. Ils ont ensuite évolué relativement lentement, d’où leur surnom de «fossiles vivants». Seules deux espèces appartenant à l’ordre des cœlacanthes survivent aujourd’hui dans l’Océan Indien. Elles sont menacées d’extinction.

Lire aussi: Les musées d’histoire naturelle au secours de la planète

Bien que ressemblant en apparence à de gros mérous, ces espèces sont pourtant évolutivement proches de nos ancêtres poissons sortis de l’eau il y a 360 millions d’années. C’est ce qu’indiquent leurs nageoires construites comme des pattes.

L’étude des fossiles de cœlacanthes géants découverts précédemment en Afrique et en Amérique du Sud ainsi qu’une comparaison à grande échelle de l’évolution de la taille des poissons indiquent que la diversité de taille des cœlacanthes a été bien supérieure à celle des autres poissons osseux pendant 420 millions d’années pendant que leur morphologie demeurait assez stable. Le Trachymetopon fait partie des dix plus grands poissons osseux ayant vécu sur Terre.