Dans les locaux de verre et d’acier du Campus Biotech à Genève, plus précisément au Health 2030 Genome Center, les résultats du run du jour viennent de tomber. Le responsable de la plateforme d’analyse et d’interprétation, Ioannis Xenarios, les consulte sur son smartphone. «Sur 239 génomes de virus séquencés aux HUG cette semaine, 209 sont des variants B.1.1.7», relève ce professeur de bio-informatique à l’Université de Lausanne et au Centre hospitalier universitaire vaudois. Soit 87% de variants «anglais». Il ne s’agit là que des résultats préliminaires issus d’échantillons en provenance des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). D’autres venant de toute la Suisse livreront bientôt les secrets de leur ARN.

Lire aussi: En Suisse, le séquençage des virus souffre d’un manque de vision