exposition

A Genève, sur les traces de Léonard de Vinci 

La Bibliothèque de Genève expose le 2 mars un traité de mathématiques illustré par Léonard de Vinci. Une occasion unique de le découvrir avant le départ du document pour Rome

Voir un vrai dessin tracé de la main de Léonard de Vinci n’arrive pas tous les jours. La bibliothèque de Genève offre cette occasion unique aux visiteurs samedi 2 mars en exposant De Divina Proportione, un manuscrit de parchemin traitant de géométrie et rédigé en 1498 par Luca Pacioli, mathématicien et moine franciscain. Léonard et lui étaient de grands amis à la cour du duc de Milan et partageaient l’amour des jeux de société, des devinettes et, bien entendu, des belles formes géométriques.

Lire aussi:  La science de Léonard de Vinci à travers ses croquis

C’est donc tout naturellement que les deux hommes collaborent sur De Divina Proportione, le second prêtant sa plume au premier afin d’enrichir le traité d’élégantes illustrations, des polyèdres qui semblent suspendus, comme des mobiles pour enfants. Léonard de Vinci parvient presque à animer ces solides en restituant, comme à son habitude, les subtils jeux de lumière qui s’y projettent.

Nombre d'or

Il y est question du rôle des proportions et des ratios, en particulier du fameux nombre d’or, ce nombre irrationnel – et donc presque divin – récurrent dans la nature et que l’on se doit de retrouver entre les parties d’un objet, d’un bâtiment ou encore d’un corps humain harmonieux.

Une croyance populaire, renforcée par le livre Da Vinci Code de Dan Brown, veut que le nombre d’or soit présent dans toutes les œuvres de Léonard de Vinci. Rien ne le prouve, évidemment. Toujours est-il que «l’intérêt de Léonard pour les ratios harmoniques transparaît dans son étude approfondie de la manifestation de ratios et de proportions dans les domaines de l’anatomie, des sciences et des arts», écrit Walter Isaacson.


De Divina Proportione: un trésor de la Bibliothèque, à voir à la Bibliothèque de Genève du 1er au 2 mars 2019.

Publicité