Les dernières semaines n’ont pas ébranlé les convictions de Gisou van der Goot, doyenne de la Faculté des sciences de la vie de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne. Bien au contraire. La pandémie de Covid-19? «Si elle a été terrible d’un point de vue économique, cette crise n’est rien par rapport à celle qui nous attend avec le climat. Là, il ne suffira pas de rester chez soi pour que cela passe. Il faut vraiment qu’on se réveille!»

La méthode scientifique n’a-t-elle pas été un peu malmenée durant cette période? «Il est aussi important que la population comprenne que la science est quelque chose de bégayant et que ce n’est pas parce que des scientifiques disent quelque chose à un moment donné que c’est nécessairement vrai. Dans ce domaine aussi, il y a des ultra-narcissiques, mais il ne faut pas oublier que c’est grâce à une succession de petits pas, en avant et en arrière, que la connaissance avance.»

Dès qu'il faut aller vite et que de l'argent est potentiellement en jeu, on voit émerger le meilleur comme le pire. Nous avons déjà pu observer ce phénomène lorsque le sida est apparu

Gisou van der Goot

Alors que la Suisse se déconfine, la professeure experte notamment en mécanismes moléculaires et cellulaires des toxines bactériennes reçoit – virtuellement – dans la chambre d’un de ses ados. Décontractée, cheveux tout juste essorés. «Cela ne m’a jamais dérangée, même avant le confinement, qu’un collaborateur me dise vouloir rester à la maison pour travailler. Malheureusement, ce n’est pas le cas de tous les employeurs. Il est important de savoir faire confiance, la plupart des gens veulent bien faire leur travail. Les mois précédents me l’ont encore démontré.»

Lire aussi:  Christian Staerklé: «Confinement, déconfinement, le citoyen s’adapte rapidement»

Encensée par Martin Vetterli

Ingénieure de formation à l’Ecole centrale à Paris, avant de quitter «l’élite de la nation» pour bifurquer vers un doctorat en biophysique moléculaire au Centre de l’énergie atomique de Saclay – «Je ne me voyais pas construire des ponts» – Gisou van der Goot se spécialise ensuite en biologie moléculaire à Heidelberg, en Allemagne. Elle est aussi la cofondatrice de l’Institut d’infectiologie de l’EPFL et responsable du Laboratoire de biologie cellulaire et membranaire de la Faculté des sciences de la vie. Une femme «passionnée, ouverte d’esprit, généreuse et qui a le sens du mentorat des jeunes scientifiques», comme la décrit le dithyrambique Martin Vetterli, président de l’EPFL.

Depuis 2001, l’équipe de la scientifique d’origine néerlandaise s’est notamment spécialisée dans la recherche sur les infections par Bacillus anthracis, une bactérie responsable de l’anthrax. Des travaux qui ont valu à cette passionnée de mathématique d’être la première femme en Suisse à recevoir, en 2009, le Prix Marcel Benoist, que d’aucuns considèrent comme le Nobel suisse.

Aujourd’hui, une partie de son labo se penche également sur le SARS-CoV-2. «Nous pensons que les recherches que nous avons conduites sur l’anthrax peuvent nous aider à mieux comprendre le fonctionnement du virus responsable du Covid-19.» La toxine de l’anthrax et le virus SARS-CoV-2 doivent en effet tous deux s’infiltrer dans les cellules pour arriver à leurs fins et utilisent pour cela des mécanismes similaires.

«Lorsque nous aurons pu démontrer l’importance d’un de ces mécanismes pour le SARS-CoV-2, notre objectif sera de développer un agent thérapeutique non toxique, soit pour bloquer l’entrée du virus dans la cellule, soit pour l’empêcher de se répliquer.»

Alors que plusieurs milliers d’études ont été publiées en quelques mois sur le Covid-19, la membre du Global Health Institute met en garde: «Dès qu’il faut aller vite et que de l’argent est potentiellement en jeu, on voit émerger le meilleur comme le pire. Nous avons déjà pu observer ce phénomène lorsque le sida est apparu. D’excellentes recherches ont été publiées mais aussi de très mauvaises ou inintéressantes, parce que leurs auteurs essayaient de bénéficier de sources de financement ou simplement de surfer sur la vague.»

«On se calme!»

Et quand on lui parle du fameux publish or perish, ces contraintes de publications propres à la recherche, Gisou van der Goot s’enflamme: «Je déteste ça, c’est extrêmement néfaste pour la science! Il est bien sûr indispensable de publier, mais la nécessité de la quantité est un problème. Il faudrait qu’on revienne à l’époque où l’on pouvait laisser reposer ses propres études, où l’on avait tout simplement le temps de réfléchir. Lorsque j’entends certains scientifiques m’expliquer vouloir signer toujours plus de papiers, aller à toujours plus de congrès, superviser toujours plus de doctorants, j’ai envie de leur dire: on se calme! Dans ce sens, le confinement aura peut-être été bénéfique pour certains.»

Lire également: «Publish or perish», quand la science met les chercheurs sous pression

Cette maman de deux enfants de 17 et 19 ans, qui a longtemps gravité dans des milieux majoritairement masculins, souhaiterait aussi mieux cerner un autre écueil académique scientifique: ce plafond de verre qui limite toujours l’accès des femmes aux postes à responsabilités. «Il faudrait idéalement conduire une étude auprès des doctorantes en sciences de la vie pour comprendre les raisons qui les empêchent de continuer dans ce milieu ou qui les amènent à ne pas choisir cette voie. C’est dommage car, selon moi, c’est le métier idéal, tant par sa flexibilité que sa tolérance vis-à-vis de ce que représente la double vie de mère et chercheuse.»


Profil

1964 Naissance à Téhéran.

1993 Etablissement de son laboratoire à la Faculté des sciences de l’Université de Genève.

2006 Nommée professeure en sciences de la vie à l’EPFL.

2009 Reçoit le Prix Marcel Benoist et le Prix Leenaards.

2014 Nommée doyenne de la Faculté des sciences de la vie de l’EPFL.


Retrouvez tous les portraits du «Temps».