Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le Groenland fond bien plus vite qu’on ne le pensait.
© JEREMY HARBECK/NASA GODDARD/AFP

Climat

Le Groenland, grand responsable de la hausse du niveau des océans

Le niveau des océans augmente désormais de 3,3 mm par an contre 2,2 en 1993, et un quart de cette hausse est dû à la seule fonte de la calotte glaciaire du Groenland. Les projections du GIEC paraissent tout d’un coup très prudentes

Le niveau des océans montait en 2014 à une vitesse supérieure de 50% à celle de 1993, selon une étude parue lundi. La fonte de la calotte glaciaire du Groenland est désormais à l’origine de 25% de cette hausse, contre 5% il y a vingt ans.

En 2014, le niveau des océans augmentait d’environ 3,3 mm par an contre 2,2 mm en 1993, précisent les chercheurs dans la revue Nature Climate Change.

Ces conclusions risquent d’accroître encore l’inquiétude des scientifiques qui redoutent que le niveau des océans monte plus vite que prévu il y a encore quelques années, avec des conséquences potentiellement désastreuses.

Des centaines de millions de personnes vivent dans des zones situées sous le niveau de la mer. D’importantes villes côtières sont menacées et de petites îles se préparent à être submergées.

Entièrement fondu, le Groenland ferait monter le niveau des mers de 7 mètres

«Ces conclusions sont importantes» parce que le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, dont les travaux font autorité sur le climat) «fait une projection très prudente de la hausse du niveau de la mer d’ici à la fin du siècle, 60 à 90 centimètres», a réagi Peter Wadhams, professeur de physique des océans à l’université d’Oxford, qui n’a pas participé à l’étude.

Cette estimation, ajoute-t-il, suppose que la vitesse à laquelle les océans montent va rester stable. «Il y a pourtant des preuves convaincantes – dont l’accélération de la fonte du Groenland et de l’Antarctique – que cette vitesse est en fait en train d’augmenter, et d’augmenter de manière exponentielle», souligne-t-il.

A lui tout seul, le Groenland contient assez d’eau gelée pour faire monter le niveau des océans d’environ sept mètres. «La plupart des scientifiques s’attendent désormais à ce que la hausse totale dépasse largement le mètre d’ici à la fin du siècle», selon Peter Wadhams.

Relire: La mystérieuse tuyauterie des glaces du Groenland

Parmi les autres facteurs de l’accélération en cours figurent la fonte des glaciers de l’Himalaya et des Andes, ou encore des glaces de l’Antarctique, ainsi que la dilatation naturelle de l’eau lorsque sa température monte.

Au début des années 1990, la moitié de la hausse s’expliquait par la dilatation due au réchauffement, contre 30% vingt ans plus tard, selon les chercheurs. Le Groenland contribue en revanche désormais pour 25% contre 5% il y a vingt ans.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sciences

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

Chaque année, 350 millions d’hectares de forêts, friches et cultures sont ravagés par des incendies, soit la taille de l’Inde. L’astronaute allemand Alexander Gerst partage sur Twitter sa vue panoramique sur le réchauffement climatique depuis la Station spatiale internationale

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

This handout picture obtained from the European Space Agency (ESA) on August 7, 2018 shows a view taken by German astronaut and geophysicist Alexander Gerst, showing wildfires in the state of California as seen from the International Space Station…
© ALEXANDER GERST