Une étude publiée le 1er février dans la revue Plos Climate a établi un indice des événements de chaleur extrême en milieu marin permettant de comparer ces données sur plus d’un siècle. Résultat: les chercheurs estiment qu’un point de non-retour a été atteint en 2014. Cette année-là, pour la première fois, plus de 50% de la surface océanique mondiale a connu des températures extrêmes, celles-ci devenant la nouvelle norme. L’étude a été menée par des chercheurs mandatés par l’aquarium de Monterey Bay, en Californie.