Environnement

Les incendies risquent de doubler en Amazonie

Une étude parue dans «Science Advances» prévoit que la forêt brûlera deux fois plus d’ici à 2050 sous l’effet du réchauffement climatique. Lutter contre la déforestation est essentiel pour ralentir le phénomène, alertent les chercheurs

On a coutume de dire que l’Amazonie est le poumon de la planète. Dans quelques décennies, cette expression pourrait bien n’être qu’un beau souvenir. «Les feux de forêt, exacerbés par les événements climatiques extrêmes et l’utilisation des terres, pourraient faire passer l’Amazonie d’un puits de carbone à une source de carbone», écrit Paulo Brando, chercheur à l’Université de Californie, avec ses collègues américains et brésiliens.

Lire aussi: Les «mega-feux», nouveau visage du réchauffement

Leur étude, qui vient de paraître dans le journal Science Advances, se concentre sur l’Amazonie du sud, une région particulièrement chaude et sèche, qui représente 61% de l’Amazonie brésilienne. Pour en prévoir l’évolution, les chercheurs ont mis au point une modélisation entre 2000 et 2050, qui prend en compte les émissions de gaz à effet de serre, mais aussi la déforestation, qui exacerbe les départs de feu.

Incendies, déforestation, un cercle vicieux

Les résultats sont inquiétants: d’ici à 2050, les incendies vont s’intensifier et doubler la surface brûlée, qui couvrirait alors 16% de l’Amazonie du sud. L’augmentation des températures provoquera en effet plus d’incendies, qui assèchent le sol et multiplient les émissions de CO2… Un cercle vicieux qui touchera en priorité la forêt primaire.

Lire également: En Amazonie brésilienne, les feux de forêt en hausse de 30% en 2019

Eviter la déforestation pourrait diminuer de moitié ces émissions, préviennent les chercheurs. «C’est un article important, car les incendies ne sont pas souvent pris en compte dans la modélisation du climat, estime Edouard Davin, chercheur à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich. Ils comparent deux scenarii climatiques et montrent que si nous ne respectons pas les Accords de Paris, les incendies et les émissions de CO2 en Amazonie exploseront véritablement à partir de la deuxième moitié du XXIe siècle.»

Publicité