Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La drosophile suzukii est une petite mouche d’origine japonaise arrivée en Europe il y a moins de dix ans. Elle est notamment présente en Suisse.
© Fredrik von Erichsen/Keystone

Environnement

Insectes envahissants, un fardeau économique

Le coût des invasions d’insectes dans le monde est considérable. Et la Suisse n’échappe pas au fléau. Les chercheurs tirent la sonnette d’alarme

Au moins 78 milliards de francs. C’est la facture annuelle des dégâts provoqués par les espèces envahissantes à travers le monde, selon une étude publiée dans la revue Nature Communications en octobre 2016. «Pour réaliser un premier chiffrage, nous nous sommes concentrés sur les dix espèces considérées comme les plus coûteuses», expliquait au Monde Franck Courchamp, écologue et directeur de recherche au CNRS en France, qui a mené cette étude avec une équipe internationale de chercheurs.

Lire aussi: Face aux insectes exotiques, la Suisse prépare sa riposte

Les scientifiques se sont intéressés aux espèces introduites, de manière intentionnelle ou accidentelle, par l’homme sur un territoire dont elles étaient jusqu’ici absentes. Ces insectes font des ravages dans divers domaines: l’agriculture, la biodiversité, les infrastructures ou encore la santé. Un fléau qui n’épargne pas la Suisse. Dans un document paru en mai 2016, l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) estimait l’ampleur des dommages encourus dans un scénario de propagation massive d’un ravageur à un milliard de francs au total. Mais les données restent incomplètes pour des «raisons méthodologiques», précise l’OFEV.

Dédommagements

Plus on attend pour agir, plus la lutte contre les nuisibles est difficile et onéreuse. Une situation qui pousse les autorités à prendre des mesures drastiques dès qu’une espèce invasive est découverte. Les plantations infectées peuvent être détruites. Cette décision concerne surtout les pépiniéristes. «Ces professionnels produisent de jeunes plants destinés à la vente. Il y a donc un grand risque de dissémination d’organismes nuisibles en Suisse, voire ailleurs si la marchandise est exportée», explique Alfred Klay, du Service phytosanitaire de l’Office fédéral de l’agriculture. Des dédommagements sont prévus pour les victimes, car la survie de leur entreprise peut être menacée.

Au niveau mondial, les insectes dévorent l’équivalent de ce qui pourrait nourrir un milliard d’êtres humains. Depuis plusieurs années, les spécialistes observent une augmentation de ces «fléaux». Le coupable? La mondialisation, qui favorise la circulation des insectes envahissants. «Nous avons renforcé les contrôles aux aéroports, précise Alfred Klay. Les interceptions de végétaux qui ne remplissent pas les exigences phytosanitaires ont progressé de manière significative.»

Une inspection renforcée qui a aussi un coût. Mais cette vigilance est indispensable. Les insectes peuvent également être porteurs de maladie. Sur la santé, le coût global dépasse 6,1 milliards d’euros par an. Et «ce n’est que le sommet de l’iceberg», alerte Franck Courchamp, car l’ampleur du phénomène reste difficile à évaluer.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sciences

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

Chaque année, 350 millions d’hectares de forêts, friches et cultures sont ravagés par des incendies, soit la taille de l’Inde. L’astronaute allemand Alexander Gerst partage sur Twitter sa vue panoramique sur le réchauffement climatique depuis la Station spatiale internationale

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

This handout picture obtained from the European Space Agency (ESA) on August 7, 2018 shows a view taken by German astronaut and geophysicist Alexander Gerst, showing wildfires in the state of California as seen from the International Space Station…
© ALEXANDER GERST