En Suisse, la nature se porte mal. Un tiers des espèces animales et végétales sont menacées et de nombreux habitats précieux disparaissent. Pourtant, il n’est pas impossible de faire cohabiter le sauvage et les activités humaines. Coup de projecteur sur quelques initiatives locales qui ramènent de la biodiversité jusqu’au pas de notre porte.

Pas facile d’être un batracien en Suisse. Canalisé, asséché et très propret, le territoire helvétique n’est guère favorable au cycle de vie des grenouilles, des crapauds ou encore des tritons, qui doivent accéder chaque printemps à un plan d’eau pour se reproduire. La création d’étangs est une des mesures privilégiées pour tenter d’enrayer le déclin des 19 espèces locales, toutes menacées. A Genève, le projet 101 étangs arrive cette année à son terme, avec autant de petits havres aquatiques éparpillés à travers le canton.

Lire aussi notre éditorial: Laissons le sauvage frapper à nos portes!