Avec «Tête chercheuse», Le Temps donne la parole aux scientifiques de Suisse romande, pour comprendre ce qui les occupe, les inspire, les fascine et les mobilise dans leurs recherches.

Retrouvez les précédentes têtes chercheuses dans notre dossier.

Julien Riou est épidémiologiste à l’Université de Berne.

Ce qui m’a donné envie d’être scientifique…

Dans les sciences, ce sont moins les expériences que la théorie qui m’attirent. Quand j’étais plus jeune, je voulais devenir astrophysicien, j’étais séduit par l’aspect théorique de cette discipline et son abstraction permettant d’expliquer et de comprendre l’Univers. Sur un coup de tête, j’ai finalement opté pour la médecine, qui est pourtant très orientée sur la pratique! Je me suis ensuite spécialisé en santé publique. Cela m’a fait revenir sur quelque chose de plus théorique, l’épidémiologie satisfait mon côté technophile amateur de code informatique, et surtout de me lancer dans la recherche scientifique.