Lu ailleurs

Des jumeaux «semi-identiques» découverts en Australie

La fécondation a eu lieu entre un même ovule et deux spermatozoïdes différents. C’est seulement la deuxième fois qu’un tel cas est décelé

Ce ne sont pas des vrais jumeaux. Ni même des faux. Ces enfants sont des jumeaux «semi-identiques»: ils sont issus de la rencontre entre l’ovule de leur mère et deux spermatozoïdes distincts de leur père. Ils partagent donc seulement 89% de leur ADN.

Lire aussi: Pourquoi y a-t-il davantage de naissances de jumeaux?

Cette découverte a été faite par des chercheurs de l’Université de Nouvelles-Galles du Sud, en Australie. Publiée récemment dans le New England Journal of Medicine, elle a été reprise dans la presse internationale, notamment par CNN. Les scientifiques avaient identifié le phénomène lors de la grossesse de la mère en menant des analyses génétiques.

Ces jumeaux «semi-identiques» sont aujourd’hui âgés de 4 ans et se portent bien. Il s’agit d’un garçon et d’une fille. Selon les spécialistes, ce type de gémellité est extrêmement rare puisque ce n’est que la deuxième fois qu’il est identifié.

Sesquizygotes

Le premier cas de jumeaux sesquizygotes a été découvert aux Etats-Unis en 2007. Il diffère des monozygotes, qui apparaissent lorsqu’un seul et même ovule fécondé se divise en deux embryons. Les vrais jumeaux ont donc le même sexe et le même ADN.

Les dizygotes, eux, sont issus de deux ovules fécondés par deux spermatozoïdes distincts. Ces faux jumeaux, comme on les appelle parfois, peuvent être de sexe différent puisqu’ils ne partagent que la moitié de leur ADN.

Un schéma résumant les trois cas de gémellité est publié ici.

Publicité