Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Image d’illustration: un joggeur kosovar devant la centrale à charbon Kosovo B, à Obilic, près de Pristina.
© Hazir Reka/REUTERS

Énergie

Des kilowattheures manquent, et tout est déréglé

Depuis mi-janvier, de nombreuses horloges d’appareils domestiques et industriels retardent. En cause, une perturbation du réseau électrique européen liée à une baisse de la production au Kosovo

Réveils en retard, fours déréglés… depuis mi-janvier, rien ne va plus dans les horloges en Europe. Un léger déficit de production électrique au Kosovo perturbe l’ensemble du continent en raison de l’interconnexion des réseaux électriques. En 50 jours, le pays a – volontairement – produit 113 millions de kilowattheures de moins que sa consommation. Ce n’est que 0,02% de la production électrique du continent sur la même période, mais bien assez pour modifier la fréquence à laquelle la tension électrique oscille sur nos prises de courant.

Il faudra des semaines pour que tout revienne à la normale

«Quand la production et la consommation d’électricité sont équilibrées, cette fréquence est de 50 hertz, explique Cécile Camus, porte-parole de l’Entso-E, l’organisme qui coordonne le réseau électrique. Mais elle augmente quand la production est excédentaire et diminue quand elle est déficitaire. C’est un paramètre extrêmement sensible.»

Entre le 15 janvier et le 6 mars, calcule l’Entso-E, la fréquence moyenne du courant européen s’est établie à 49,996 Hz au lieu de 50 Hz. Un écart qui affecte de nombreux appareils dont l’horloge utilise le courant du réseau comme métronome. C’est notamment le cas des appareils électroménagers, les radios-réveils, les fours électriques et les micro-ondes. Avec une fréquence de référence abaissée, le temps de ces horloges s’écoule moins vite. Cela n’a aucune influence à cette échelle sur la préparation de nos plats – une cuisson d’une heure est rallongée d’un quart de seconde. Mais au fil des semaines temps, le retard s’est accumulé, si bien que l’ensemble des horloges ont dérivé en moyenne de six secondes par jour depuis mi-janvier, plus de six minutes au total!

Mécanisme de solidarité

Dans chaque pays, le responsable du réseau s’assure – à la seconde près – du bon équilibre entre la production et la consommation d’électricité, en liaison avec les producteurs et les distributeurs. En cas de problème, l’équilibre peut être retrouvé en modulant la production des centrales, en important ou en exportant du courant – ce qui est quotidien –, voire en coupant l’électricité à certains clients – ce qui est extrêmement rare. Un changement trop important de fréquence dans le réseau peut endommager les installations électriques: les centrales sont même programmées pour se débrancher automatiquement du réseau quand la fréquence s’écarte trop du 50 Hz. De quoi provoquer un black-out généralisé qui, heureusement, ne s’est jamais produit en Europe.

La Serbie aurait donc dû compenser la baisse de production du Kosovo, mais elle ne l’a pas fait

Cécile Camus, porte-parole de l’Entso-E

Le réseau européen est par ailleurs doté d’un mécanisme de solidarité. «Il est découpé en zones géographiques, avec un pays responsable dans chacune», explique Cécile Camus. Dans les Balkans, ce rôle est dévolu à la Serbie, responsable d’une région englobant la Serbie, le Monténégro, la Macédoine et le Kosovo. «La Serbie aurait donc dû compenser la baisse de production du Kosovo, mais elle ne l’a pas fait», analyse Cécile Camus.

«Nous sommes en train de revivre les vieilles querelles entre ces deux pays», explique un fin connaisseur du dossier, qui tient à garder l’anonymat. Ce conflit régional a été particulièrement violent dans les années 1990, commencées par des déplacements de population et achevées dans la guerre. En 2008, le Kosovo a déclaré son indépendance, qui n’est reconnue que par une partie de la communauté internationale. «Sommée d’appliquer le mécanisme de solidarité, la Serbie a répondu que ce n’était pas son affaire, puisqu’elle ne reconnaît pas cet Etat», explique notre source.

Centrales à charbon délabrées

Reste à savoir pourquoi le Kosovo a décidé de réduire volontairement sa production – une baisse de plus de 10%, selon nos calculs. Exsangue sur le plan économique, le pays tire 98% de son électricité de deux centrales à charbon délabrées, qui brûlent du lignite, un charbon très polluant, et connaît une difficulté grandissante à répondre à la demande. Est-ce une motivation pour abaisser sa production électrique d’autorité? Peut-être, mais l’essentiel est ailleurs, selon notre source. «Pristina fait pression pour être reconnue et intégrer l’Entso-E comme membre à part entière. Car aujourd’hui le pays n’a pas son mot à dire dans les discussions sur le marché de l’électricité.»

«Des conditions très précises doivent être remplies pour être admis, répond, diplomatiquement, Cécile Camus. Cette affaire montre qu’il faudra résoudre le contentieux entre la Serbie et le Kosovo.» Au moment où nous écrivons ces lignes, le déficit cumulé des horloges calculé par Swissgrid, le gestionnaire du réseau électrique Suisse, approchait des sept minutes. Le signe que tout n’est pas rentré dans l’ordre… «Il faudra des semaines pour que tout revienne à la normale.» Des semaines avec une fréquence légèrement supérieure à 50 Hz, pour rattraper le temps perdu.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sciences

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

Chaque année, 350 millions d’hectares de forêts, friches et cultures sont ravagés par des incendies, soit la taille de l’Inde. L’astronaute allemand Alexander Gerst partage sur Twitter sa vue panoramique sur le réchauffement climatique depuis la Station spatiale internationale

Sécheresse et feux de forêts vus de l’espace

This handout picture obtained from the European Space Agency (ESA) on August 7, 2018 shows a view taken by German astronaut and geophysicist Alexander Gerst, showing wildfires in the state of California as seen from the International Space Station…
© ALEXANDER GERST