Que les lamas puissent détenir une des solutions pour contrer la propagation du coronavirus a de quoi surprendre. Mais il s’agit d’une hypothèse scientifique bien sérieuse. Dans une étude parue le 13 juillet dans la revue Nature, des chercheurs britanniques indiquent avoir produit deux anticorps, issus de l’organisme des lamas, capables de stopper la progression du virus chez les malades.

L’intérêt porté par la recherche à ces camélidés ne sort pas de nulle part. Leur système immunitaire présente une caractéristique rare. Ils font partie des quelques espèces à produire des anticorps de petite taille présentant une structure simple. Cette dernière permet de les isoler facilement ainsi que de les modifier en laboratoire.