microscope

L’arme sonore qui visait les diplomates américains à Cuba? Le chant de grillons

Deux biologistes affirment que c’est le bourdonnement d’insectes, et non une arme hypothétique, qui est probablement à l’origine des migraines ayant frappé des diplomates installés à Cuba

L’histoire était digne de L’affaire Tournesol, dans laquelle le savant aussi génial que sourd met au point un émetteur d’ultrasons destructeur. Sauf qu’elle ne se passait pas comme cet album de Tintin en Bordurie, mais à Cuba.

Fin 2016, plusieurs diplomates américains en poste sur l’île se plaignent de bruits persistants, aigus et désagréables. Plus d’une vingtaine affirment souffrir de vertiges, de migraines, de nausées, voire de pertes partielles de l’audition. Certains ont même subi des lésions cérébrales, après examen. Au moins 24 sont rapatriés au pays de l’Oncle Sam. Les théories fusent, on suspecte l’action d’armes secrètes émettant des sons ou des micro-ondes. Il ne manque plus que Dupond et Dupont.

A lire aussi: Un mal mystérieux frappe les diplomates américains à Cuba

Sauf que le bruit qui tue est en réalité le son produit par… des grillons en train de copuler. Telle est du moins la conclusion des travaux du biologiste Alexander Stubbs, de l’Université de Californie à Berkeley et Fernando Montealegre-Z de l’Université de Lincoln en Angleterre.

Grillon à queue courte

Les deux hommes ont analysé un enregistrement sonore du fameux bruit effectué par un employé et diffusé par l’agence AP. Pour eux, certains motifs sonores, notamment la fréquence des pulsations, sont très similaires à ceux des chants de certains insectes. Restait à trouver lesquels.

Pour le savoir, les deux biologistes ont analysé des enregistrements sonores d’insectes archivés dans une base de données de l’Université de Floride. Bingo: le grillon à queue courte, Anurogryllus celerinictus, émet un son bizarrement similaire, et en plus ce dernier est connu pour vivre dans le sud de la Floride, pas très loin de Cuba donc.

Les experts cités par le New York Times sont séduits par l’hypothèse. Oui, le bruit des grillons peut devenir incroyablement puissant et difficile à supporter à la longue.

Reste que les scientifiques, qui prévoient de publier prochainement leur étude, n’écartent pas la possibilité d’un autre bruit non identifié, ni d’une attaque. Mais cette piste a tout de même pris un coup dans l’aile. N’est-ce pas mon cher Milou?

Publicité