Plantes badass (3/3)

L’arum titan, méphitique géant des tropiques

Non contente de posséder la plus grande inflorescence au monde, la plante native de Sumatra est aussi une des plus puantes que porte la terre. Une pestilence qui ne doit rien au hasard

Vous avez frissonné devant les animaux badass? Attendez de rencontrer les plantes badass! Toxiques, résistantes ou encore puantes, elles nous rappellent que le règne végétal n’est pas en reste question «badasserie». Oh yeah!

Episodes précédents:

Jasmin, rose ou lilas: les parfumeurs puisent souvent dans le répertoire floral pour composer de nouvelles fragrances. L’arum titan, lui, ne risque pas de se laisser piéger dans une armoire de salle de bains. Oh que non! Car l’énergumène n’a rien d’un sent-bon, bien au contraire: durant sa brève floraison, il exhale une odeur située à mi-chemin entre la charogne et le poisson pourri. De quoi retourner l’estomac de quiconque a le malheur de s’en approcher, et figurer en bonne place dans notre panthéon des plantes les plus badass*.

Natif de la forêt tropicale de l’île de Sumatra, l’arum titan y a été découvert en 1878 par le botaniste italien Odoardo Beccari, qui lui a donné le nom latin d’Amorphophallus titanum, dont une traduction approximative serait «phallus déformé titanesque». Le nauséabond végétal est en effet doté d’un faramineux épi pouvant atteindre trois mètres de haut, à la base duquel se trouvent des fleurs à la fois mâles et femelles, protégées par une sorte de pétale géant. D’un point de vue botanique, il s’agit donc d’une inflorescence, et non d’une simple fleur.

En 2012 à Bâle: Le «pénis du titan» a fait un tabac

Repoussant? Pas pour tout le monde…

Le tubercule de l’arum titan peut perdurer des années sous terre avant de donner naissance à cette insolente inflorescence, qui ne subsiste que pendant quelques jours. C’est alors qu’elle émet une variété de composés volatils à prédominance soufrée, évoquant la viande longtemps oubliée au fond du réfrigérateur. Le forcené végétal pousse le raffinement jusqu’à accroître sa température, afin de mieux diffuser son remugle, qui embaume sur des centaines de mètres à la ronde.

Repoussant? Pas pour tout le monde… «Ce type d’odeur attire de nombreux scarabées et mouches à la recherche de bouses et de charognes pour y déposer leurs œufs. Il s’agit en effet de milieux riches en matières nutritives, sur lesquels les larves pourront bien se développer», explique Andreas Jürgens, qui étudie depuis plus de dix ans l’évolution des plantes fétides à l’université allemande de Darmstadt.

En vidéo: un time-lapse de la floraison d’un arum titan à l’Université d’Indiana

Empester permet donc à l’arum de faire venir à lui toutes sortes d’insectes, qui vont assurer l’indispensable pollinisation de ses fleurs. Quelque temps plus tard, l’épi se couvrira de centaines de fruits évoquant des cerises. Ceux-ci seront mangés par un oiseau, le calao rhinocéros, qui en disséminera les graines à travers la forêt. Ce sont ces graines qui donneront de nouveaux tubercules prêts à fleurir. La boucle est bouclée.

Fourberie répandue

La dimension particulièrement badass de l’affaire apparaît lorsqu’on considère le point de vue de l’insecte, appâté jusqu’à l’arum par son bouquet faisandé. Une fois sur place, il est forcé de constater qu’il n’y a là ni crotte ni animal mort susceptible de fournir gîte et couvert à sa progéniture. Le coléoptère repart bredouille. Il a été berné par le méphitique géant des tropiques.

Tant de machiavélisme paraît difficilement concevable. Il ne s’agit pourtant en rien d’un cas isolé au sein du règne végétal. Dans une étude parue en 2013 dans la revue Ecology Letters, Andreas Jürgens a montré qu’au moins cinq familles de plantes usaient de la même fourberie. Originaire des forêts tropicales de l’Asie du Sud-Est, la Rafflesia arnoldii, connue pour être dotée de la plus grande fleur simple du monde (elle peut atteindre un mètre de diamètre), est un autre de ces usurpateurs.

Mais comment expliquer un tel succès évolutif de cette magouille à la viande avariée? Les insectes n’apprennent-ils donc pas de leurs erreurs? «Ils sont en quelque sorte programmés pour suivre certains stimuli olfactifs, ce qui les empêche de s’adapter», explique Andreas Jürgens. Génération après génération, ils continuent à tomber dans le panneau. Sans scrupule, l’arum titan pourra encore longtemps profiter de la faiblesse des (beaucoup) plus petits que lui.


* Badass
Adjectif (anglais «badass»). Se dit d’une personne, d’un animal ou d’une plante dont l’attitude, l’apparence, le côté dur à cuire ou le comportement extrême le rendent à la fois terrifiant et cool. Qu’est-ce qu’il est badass, Chuck Norris!

Explorez le contenu du dossier

Publicité