Solar Impulse a fait son premier saut de puce. Au cinquième essai, l’avion a décollé cet après-midi pour la première fois de l’aéroport de Dübendorf. La roue avant, dernière a rester au sol, a quitté la piste sur trois cents mètres pour s’élever à une hauteur d’environ soixante centimètres. « Le test de la réalité est passée! » exultait Bertand Piccard, père du projet, au pied du prototype HB-SIA. Le pilote d’essai, l’Allemand Markus Scherdel confirme que l’avion se comporte bien en l’air comme les simulations l’avaitent prévu.

Mais l’étrange oiseau de 63,4 mètres d’envergure pour à peine 1600 kg a pour ambition de faire bien plus que quelques centaines de mètres de voyage. Il sera bientôt démonté et transporté par la route jusqu’à l’aéroport de Payerne, où la plus faible densité de trafic aérien et d’habitation lui laisseront plus de marge de manoeuvre. Dès février, les essais de vol devraient reprendre. A l’énergie solaire cette fois, puisqu’aujourd’hui, les batteries, qui constituent un quart du poids de l’engin, ont été chargées via le réseau électrique.

Le but est de parvenir d’ici ce printemps ou cet été à effectuer un vol de trente-six heures, soit un cycle complet: une nuit, un jour, une nuit, qui démontre que l’énergie accumulée pendant la journée suffit à se maintenir en l’air pendant les heures d’obscurité. Et que l’avion peut donc en théorie voler en continu.

Mais en théorie seulement, puisque l’unique pilote que les fines ailes peuvent transporter n’est pas, lui, rechargeable à l’énergie solaire. Il lui faudra redescendre des nues pour trouver un peu de repos et de nourriture plus terrestre, en principe tous les cinq jours, comme le prévoit la deuxième phase du projet: un tour du monde en cinq étapes. Si les essais sur le HB-SIA se révèlent concluants, un deuxième prototype, le HB-SIB ,devrait être construit pour ce périple. Notamment pour améliorer le confort du cockpit. La question de pressuriser ou non la cabine, ce qui permettrait de monter plus haut est encore ouverte.

L’équipe de Solar Impulse espère pouvoir réaliser ce tour du monde en 2012. Il partirait des Emirats Arabes, direction la Chine, puis Hawai, la Floride et l’Espagne.