Transports

L’équipe de l’EPFL termine troisième au concours Hyperloop

Le plus rapide des prototypes de l’Hyperloop, réalisé par une université allemande, a atteint les 466 km/h. L’équipe de l’EPFLoop a, elle, réussi à envoyer son «pod» à une vitesse de 85 km/h

Le projet EPFLoop développé par des chercheurs de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) a terminé à la troisième place du concours de l’Hyperloop. Lancée par le milliardaire Elon Musk, l’initiative vise à développer une capsule de transport circulant à grande vitesse dans un tube sous vide.

Dix-neuf équipes du monde entier étaient invitées à présenter leurs projets à Hawthorne en Californie, siège de l’entreprise SpaceX, communique l’EPFL dans la nuit de dimanche à lundi. Au terme d’une semaine d’essais sur le site, seules les trois meilleures capsules – ou «pods» – ont été lancées dans le tube d’un kilomètre et demi, dont celle des étudiants de Lausanne.

Lire aussi: L’EPFL se lance dans l’aventure Hyperloop

Qualifié en finale aux côtés des Néerlandais de Delft Hyperloop et des Allemands de WARR Hyperloop, EPFLoop a atteint avec son pod une vitesse de 85 km/h, détaille le texte. Des problèmes de communication l’ont toutefois empêché de développer toute sa vitesse. Les chercheurs vaudois ont pris la troisième place du podium.

Regarder la vidéo: Les gènes suisses de l’Hyperloop, le train du futur

L’Allemagne se hisse en tête du concours

Le projet allemand a atteint un pic de vitesse de 466 km/h (290 mph), selon le tweet de félicitations publié à l’issue du concours par les organisateurs d’Hyperloop. Les chercheurs de l’Université de Munich se sont ainsi hissés en haut du podium pour la troisième année consécutive. Les Néerlandais ont, eux, atteint une vitesse de 142 km/h, ont-ils fait savoir sur leur compte Twitter, regrettant que tout ne se soit pas passé exactement comme prévu.

Lire aussi: Une université allemande remporte le concours Hyperloop

Autre équipe suisse dans la course, Swissloop, fruit d’une collaboration entre des étudiants de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) et d’autres hautes écoles et partenaires privés, n’est pas parvenue cette année à se glisser dans la finale. L’équipe zurichoise a rencontré des problèmes au niveau de ses batteries durant les premiers essais, indique dimanche l’EPFZ. En 2017, Swissloop avait elle aussi gagné la troisième place de cette compétition.

Le concours a été lancé par Elon Musk, patron de Tesla. Egalement à la tête de SpaceX, le milliardaire veut développer le transport du futur en développant un «hyperloop». Cette capsule transportant des passagers pourrait se déplacer à plus de 1200 km/h dans un tube vidé de son air. Elle circulerait sur des coussins magnétiques. Elle pourrait ainsi relier Los Angeles à San Francisco en moins d’une demi-heure.

Publicité