La dernière photo est prise à 3h37. Boris Behncke capture depuis son balcon les impressionnantes explosions du cratère sud-est de l’Etna. Le ciel au-dessus de sa maison paraît violet. Un nouveau paroxysme, épisode d’une intensité éruptive aussi violente que brève, a débuté dans la soirée.

Au milieu de la nuit, des nuages viennent masquer la vue sur le volcan sicilien. Le scientifique poursuit donc son étude depuis un ordinateur portable dans une petite chambre accolée au balcon et emménagée en centre de contrôle. Des caméras infrarouges lui permettent d’observer encore les déflagrations malgré une météo capricieuse. Les données lui sont transmises en direct depuis l’Observatoire de l’Etna, au centre de Catane, une dizaine de kilomètres plus au sud.