Environnement

«L’Europe va vivre, à court terme, une crise des déchets» 

Chaque année, des centaines de tonnes de plastique partent vers la Chine pour être traitées. Or Pékin vient d’annoncer qu’il ne prendrait plus en charge ce type de déchets. En Suisse, les professionnels du secteur ne sont pas sûrs d’arriver à s’en sortir

D’ici à la fin de l’année, la Chine fermera ses portes à 24 types de déchets occidentaux. Les plastiques sont particulièrement concernés: les bouteilles en PET et autres films plastiques qui arrivent d’Europe et des Etats-Unis par cargos sont désormais tous sur liste noire. L’annonce a été faite fin juillet par Pékin à l’Organisation mondiale du commerce. Et même si cela faisait plusieurs mois que des rumeurs couraient dans la profession, la décision de la Chine est perçue comme un coup de tonnerre, et surtout un casse-tête.

Car le traitement des déchets est bel et bien une économie mondialisée. «Près de 50% des déchets mondiaux sont recyclés en Chine, explique Evguenia Dereviankine, avocate spécialiste en droit douanier et droit de l’environnement, associée chez UGGC Avocats, à Paris. Beaucoup sont des plastiques qui, une fois traités et fondus, servent de matière première à la fabrication d’objets de consommation courante, ensuite réexportés.»

Lire aussi:  Les déchets plastiques se subliment en gaz, et ce sont les océans qui respirent

Désaccord commercial

Selon les chiffres de la Fédération professionnelle des entreprises du recyclage, la Chine importe chaque année plus de 9 millions de tonnes de déchets plastiques. Mais cette activité génère une pollution de l’air très élevée, dont la population est la première victime, notamment dans les villes. C’est pourquoi Pékin s’est engagé à réduire la quantité de particules fines dans l’atmosphère d’ici à 2035. Dans certaines villes, les nuages toxiques sont si importants que les autorités ont décidé de fermer les usines une partie de l’hiver.

Par ailleurs, avec une classe moyenne en forte augmentation dans le pays, le nombre de déchets produits sur son sol croît aussi considérablement. «Dans ce contexte, la Chine préfère recycler ses propres déchets, plutôt que de traiter ceux des autres», constate Evguenia Dereviankine. Désormais, elle réutilisera donc en priorité ses propres rebuts de plastique.

Si les enjeux sont considérables, l’annonce de la Chine est jusqu’à présent passée inaperçue. Au Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), la porte-parole Niamh Brannigan ne souhaite pas commenter un sujet «qui relève d’un désaccord commercial».

Lire aussi: Du plastique au menu d’une bactérie

La Suisse à la traîne

A quel point cette décision concerne la Suisse? Ce type de déchets plastiques, considérés comme non dangereux, ne fait pas l’objet d’une demande d’autorisation spécifique pour sortir du pays, précise Martin Luther, porte-parole de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), qui ne dispose donc pas de chiffres à ce sujet. Dans Swiss-Impex, la base de données officielle du commerce extérieur du pays, on trouve cependant quelques statistiques. En 2016, 99 000 tonnes de «déchets, rognures et matières plastiques» ont été exportées, pour un montant de 23 millions de francs; 53 000 tonnes sont parties vers l’Allemagne et 1200 tonnes vers la Chine. En 2015, c’était 2000 tonnes.

Ces chiffres ne représentent probablement qu’une partie de tous les plastiques recyclés par l’Empire du Milieu. Mais ils ne sont certainement pas négligeables. En effet, la Suisse est à la traîne en matière de recyclage du plastique, avec seulement 90 000 tonnes de déchets plastiques annuels recyclés sur place, sur un total de 780 000 tonnes, dont la majorité est incinérée dans le pays. En automne dernier, le peuple refusait l’initiative «Pour une économie verte», qui proposait un programme de réduction et de valorisation des déchets. La Chine, qui jusqu’à présent récupérait ceux-ci pour une somme modique – environ 60 francs par tonne – était un débouché facile.

Il n’y a pas de miracle. L’Europe va vivre, à court terme, une crise des déchets.

Evguenia Dereviankine, avocate spécialiste en droit douanier et droit de l’environnement

Mais la décision de Pékin va contraindre les professionnels à réagir vite. «Il n’y a pas de miracle, pense la spécialiste Evguenia Dereviankine. L’Europe va vivre, à court terme, une crise des déchets. Une partie des plastiques devra être incinérée dans un premier temps, si les installations le permettent. Puis peu à peu le marché retombera sur ses pattes.» D’aucuns pensent que des pays de l’Asie du Sud-Est pourront récupérer les plastiques qui partaient avant vers la Chine. Car pour le moment, les recycler en Europe resterait toujours plus coûteux que de les envoyer par la mer vers le Vietnam ou la Thaïlande.

Lire aussi: Des chenilles pour nous débarrasser du plastique?

Pour que la filière suisse se développe, il faudrait donc une vraie volonté politique. Contrairement à nombre de ses concurrents, Xavier Prudhomme, directeur de l’usine de recyclage RC Plast de Grandson (Vaud), n’envoie pas ses déchets plastiques en Chine: il les traite sur place pour en faire une matière première pure à 98%, réutilisée par les industriels. «Je comprends que la Chine ne veuille plus gérer nos emballages plastiques. La plupart sont brûlés et cela pollue énormément, dit-il. C’est à nous de trouver nos propres solutions.»

Lire aussi:  Vaud innove en recyclant son plastique

Publicité