L’excès de boissons sucrées lié à une puberté précoce

Santé Etude sur plus de 5000 fillettes

Les filles qui consomment de grandes quantités de boissons sucrées ont leurs règles plus tôt que les autres, d’après une étude publiée dans la revue scientifique Human Reproduction , dont le magazine britannique New Scientist se fait l’écho sur son site internet.

L’étude, qui a porté sur 5583 fillettes, a montré que celles qui consommaient en moyenne 1,5 boissons sucrées par jour avaient leurs règles en moyenne 2,7 mois plus tôt que celles qui en buvaient la même quantité deux fois par semaine ou moins. Les jus de fruits n’étaient pas pris en compte, mais uniquement les boissons enrichies en sucrose, comme les sodas.

Phénomène mystérieux

Ce résultat pourrait éclairer un phénomène mystérieux: les fillettes semblent être pubères de plus en plus tôt. Une étude publiée en 2010 et menée sur 1200 Américaines avait montré qu’elles étaient deux fois plus nombreuses que dix ans auparavant à avoir déjà atteint la puberté à l’âge de 7 ans. Or des études suggèrent qu’une puberté précoce entraîne un risque accru de cancer du sein.

Parmi les explications avancées figure l’exposition à certains composés chimiques qui imitent l’action de l’hormone sexuelle œstrogène. Mais aussi l’accroissement du taux d’obésité infantile, les tissus graisseux pouvant eux-mêmes produire des œstrogènes.

Dans l’étude de Human Reproduction, il a été montré que les filles amatrices de boissons sucrées avaient plus souvent tendance à être en surpoids que les autres, et qu’elles faisaient moins de sport. Cependant, les chercheurs ont étudié ces différents critères indépendamment les uns des autres et ont tout de même observé un lien entre consommation de sodas et puberté avancée. La manière dont l’une influence l’autre reste à découvrir. Mais l’insuline pourrait être en jeu. Cette hormone synthétisée par le corps après l’absorption de sucre a un impact sur de nombreux aspects du métabolisme.

Faut-il pour autant priver votre fille de sodas? Le fait d’avoir ses règles trois mois plus tôt que les autres n’est pas en soi un problème. Mais la consommation en excès de boissons sucrées jouant aussi un rôle dans l’obésité, mieux vaut poser certaines limites.