Deux injections par jour pour cinq héroïnomanes de longue date. La mesure semble simple, mais elle est le résultat d’efforts colossaux. A Middlesbrough, en Grande-Bretagne, une clinique administre de la diamorphine – de l’heroïne pharmaceutique –, importée de Suisse pour ses patients depuis mi-octobre.