Paléoanthropologie

L’homme de Denisova découvert au Tibet

Ce proche cousin de l’homme moderne et de l’homme de Neandertal n’était connu jusqu'ici que dans une grotte de l’Altaï, en Sibérie. Il vient d’être découvert sur le plateau du Tibet. La trouvaille confirme que ce groupe d’hominidés était largement répandu en Asie

On en sait enfin un peu plus sur l’homme de Denisova. Cet énigmatique cousin préhistorique, proche de l’homme de Neandertal, n’était jusqu’ici connu que par de rares restes osseux fragmentaires et quelques dents trouvés en Sibérie orientale. Il n’avait été identifié en 2010 comme un hominidé à part que grâce à son ADN. Mercredi, une équipe internationale mêlant archéologues, paléoanthropologues et généticiens a annoncé dans la revue Nature la découverte d’une demi-mandibule humaine dans la grotte de Baishiya, dans la province chinoise de Gansu.

Situé sur le plateau tibétain, ce site paléontologique se trouve à 3280 mètres d’altitude. Des outils en pierre et des os d’animaux présentant des marques de découpes y furent également découverts. En analysant des restes de protéines extraites d’une des dents de ce fossile, les chercheurs sont parvenus à en déduire la séquence d’acides aminés qui les constituent.

En comparant cette séquence avec celle de différents groupes d’humains préhistoriques, ils ont pu déterminer que cette mandibule appartenait à la même espèce que les spécimens sibériens. Grâce aux restes de matrice minérale l’entourant, l’os a pu également être daté à environ 160 000 ans, ce qui le place parmi les plus anciens représentants du groupe.

Lire aussi:  L’homme a un nouveau cousin sibérien

Découverte dans les années 80

La mandibule en elle-même a eu un destin particulier. Découverte dans les années 1980 par un moine venu prier dans la grotte de Baishiya, près du temple tibétain du même nom, elle fut offerte au sixième bouddha vivant du Gung Thang comme relique. Ce dernier la confia après quelques années à l’Université de Lanzhou. Ce n’est finalement qu’au début des années 2010 que l’Institut provincial des reliques culturelles et de la recherche archéologique de Gansu décida de se pencher plus en détail sur le fossile.

L’intérêt de la découverte est multiple, comme le précise Jean-Jacques Hublin, directeur du département d’évolution humaine de l’Institut Max Planck de Leipzig, en Allemagne, et coauteur de l’étude: «Le premier intérêt est que nous avons enfin des éléments morphologiques significatifs à attribuer aux Dénisoviens.» Le fossile présente ainsi de larges molaires, une mandibule épaisse et, à l’inverse de l’homme moderne, une absence de menton. «Il ressemble sur beaucoup de points à Neandertal, son groupe-frère, précise le paléoanthropologue. C’est ce à quoi on pouvait s’attendre pour deux cousins aussi proches l’un de l’autre. Mais il en est suffisamment différent sur plusieurs autres détails, comme la hauteur de la mandibule, pour en être clairement distinct.»

Une présence probable dans toute l’Asie

Connaître la morphologie de cette mandibule a également permis de la comparer à de nombreux fossiles humains du pléistocène moyen chinois qui n’avaient pu être attribués à aucune espèce connue, notamment la mandibule de Penghu, île proche de celle de Taïwan, et le spécimen de Xujiayao, dans le nord-est du pays. «En Chine, détaille Jean-Jacques Hublin, il existe tout une série de fossiles qui ne sont ni des Homo erectus, la plus ancienne espèce connue en Asie, ni des Homo sapiens, la plus récente. Ils présentent une grande diversité morphologique mais plusieurs d’entre eux peuvent désormais être rapprochés des Dénisoviens.»

Pour lui, c’est la preuve que cet hominidé, loin d’être cantonné à la Sibérie orientale, avait une répartition importante à travers toute l’Asie. «Je ne serais pas étonné qu’on le découvre dans les années à venir en Asie du Sud-Est par exemple.» Cela viendrait expliquer en partie comment l’ADN dénisovien se retrouve dans des proportions très variables au sein de plusieurs populations actuelles allant du nord de l’Asie à l’Australie, comme ce fut démontré dès 2011, notamment dans Science, puis plus récemment, à la mi-avril, dans la revue Cell.

Lire également:  «Je cherche à identifier ce qui rend les hommes modernes uniques»

Une vie en haute altitude

Les Tibétains actuels font justement partie de ces peuples ayant dans leur génome des traces d’une hybridation avec l’homme de Denisova, comme indiqué, également dans Nature, en 2014. Plus précisément, ils possèdent dans leur ADN une version particulière du gène EPAS1, également présente chez les Dénisoviens, dont l’expression se traduit par une plus forte concentration d’oxygène dans le sang lorsqu’il vient à manquer dans l’air, notamment en haute altitude.

La grotte de Denisova, en Sibérie, n’étant pas à plus de 700 mètres d’altitude, l’intérêt de cette version ne semblait pas évident jusqu’ici pour cette espèce préhistorique. «Le nouveau spécimen a été retrouvé à plus de 3000 mètres, s’enthousiasme Jean-Jacques Hublin. C’est la première fois que l’on trouve un membre du genre Homo aussi ancien à une telle altitude.» Pour le chercheur, cela implique qu’il était déjà bien adapté à la vie dans ces conditions environnementales, chose que l’on pensait jusque-là réservée aux Homo sapiens modernes.

Publicité