Qu’est-ce qu’un chat sauvage? Les chats sauvages d’Europe appartiennent à la même espèce mais pas à la même sous-espèce que les chats domestiques. Les premiers sont appelés Felis silvestris silvestris, les seconds Felis silvestris catus.Ils ne doivent pas être confondus avec les chats domestiques (Felis silvestris catus) retournés à l’état sauvage, les chats harets.

Comment distinguer un chat sauvage d’un chat domestique? Les chats sauvages d’Europe sont très difficiles à distinguer des gros chats domestiques tigrés.Leurs traits les plus caractéristiques sont une tache blanche sur le cou, un trait noir continu sur le dos et, surtout, une queue touffue comportant trois à cinq anneaux noirs espacés régulièrement et une extrémité massive (non pointue).Certains traits cachés permettent en revanche de différencier plus aisément les animaux morts.Le plus évident est l’«indice crânien», soit le rapport entre la longueur du crâne et la capacité crânienne, le chat sauvage possédant un plus gros cerveau que le chat domestique.Autres signes distinctifs: la longueur de l’intestin, la forme de la mâchoire et le patrimoine génétique varient également d’une sous-espèce à l’autre, et fournissent par conséquent de sérieux indices.

Combien y a-t-il de chats sauvages en Suisse? Les chats sauvages reviennent de loin. Considérés comme des animaux nuisibles et chassés à outrance, ils avaient pratiquement disparu de Suisse au début du XXe siècle. Leur réputation s’est depuis améliorée (ils tuent essentiellement des souris), ainsi que leur sort.L’Office fédéral de l’environnement (OFEV) a lancé à la fin des années 2000 un programme national de surveillance à long terme. Son objectif n’est pas de recenser précisément le nombre d’individus mais d’estimer si les effectifs de la sous-espèce sont en hausse ou en baisse, et s’il convient de prendre des mesures de protection particulières.La technique utilisée par les gardes-faune consiste à planter des poteaux dans la nature, de les enduire de valériane à l’attrait irrésistible pour les mâles comme pour les femelles, et d’y prélever régulièrement des poils à analyser en laboratoire.Il est très difficile à ce stade de chiffrer la population des chats sauvages. Une indication cependant: selon les recherches les plus avancées à ce jour, il y aurait entre 25 et 38 individus sur le Blauen, une chaîne de collines boisées du Jura bâlois.

Où trouve-t-on des chats sauvages? Les chats sauvages de Suisse vivent essentiellement le long de la chaîne du Jura. Les deux autres grandes régions du pays leur sont inhospitalières.Les petits félins ont besoin de trop grandes étendues de forêts pour fréquenter le Plateau. Et rencontrent trop de difficultés à trouver leurs proies dans la neige haute pour survivre dans les Alpes.Même dans le Jura cependant, il est très difficile d’apercevoir ces animaux. Ces félins sont très farouches et se confondent facilement dans la végétation du fait de leur pelage et de leur taille.Et bien qu’ils passent l’essentiel de leur temps en plein air à proximité du fauve, les gardes-faune de l’Arc jurassien sont déjà contents d’en apercevoir un ou deux par année.