Les variants se multiplient, mais les vaccins efficaces se réduisent. Dans la dernière version de leur guide des traitements anti-Covid, publié dans la nuit de jeudi à vendredi dans le British Medical Journal, les experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) «recommandent fortement» de ne plus utiliser deux traitements anti-Covid: le Xevudy - basé sur la molécule sotrovimab - et le Ronapreve - basé sur la combinaison casirivimab-imdevimab.

Le Xevudy, développé par les laboratoires GSK et Vir, et le Ronapreve, développé par Regeneron, sont deux traitements par anticorps de synthèse contre le Covid.

A lire: Plus de 98% de la population vaudoise possède des anticorps contre le Covid-19

Jusqu'alors, l'OMS recommandait, avec prudence, leur usage chez les patients atteints d'une forme légère de la maladie, mais à risque d'évolution vers une forme plus grave, en raison de leur âge, de leur poids ou d'autres facteurs.

Toutefois, l'arrivée du variant Omicron fin 2021 a remis en cause l'intérêt de ces traitements et les experts de l'OMS, sur la base de plusieurs études in vitro, estiment désormais qu'ils sont probablement inefficaces face aux souches en circulation.

Lire aussi: A l’OFSP, «la transparence la plus opaque du monde» sur l'achat de vaccins

Le remdesivir de Gilead, plus efficace que prévu

Les experts ont, parallèlement, actualisé des recommandations sur d'autres traitements, notamment le remdesivir du laboratoire Gilead. Ce traitement, dont l'OMS ne recommandait jusqu'alors l'usage qu'en cas de forme légère du Covid, peut, au regard de nouvelles études, être envisagé dans certains cas graves, selon les experts.

Lire encore: Le covid est toujours là, mais tout le monde s’en fiche. Pourquoi?

Toutefois, dans les cas les plus graves, dits «critiques», les études ne témoignent pas d'un bénéfice du remdesivir. Les experts déconseillent donc son usage dans ces cas-ci. Même dans les cas où il peut être utilisé, ce traitement n'a qu'un intérêt «modeste» avec un degré de certitude qui n'est que «modéré», préviennent toutefois les experts.