L’Argentine qui, trente ans après la guerre des Malouines, revendique la souveraineté sur l’archipel de la Géorgie du Sud, sous domination britannique, condamne la campagne de dératisation.

En janvier, le Ministère des affaires étrangères a accusé la Grande-Bretagne «d’utiliser l’excuse de l’écologie pour cacher l’indigne intention de continuer à s’approprier de grandes extensions maritimes», au large de la Géorgie du Sud et des îles Sandwich. Une tactique de «l’usurpateur britannique», ajoute le communiqué officiel du gouvernement, pour «pénétrer dans les mers antarctiques et projeter ses ambitions sur la péninsule antarctique et les terres voisines».