Se redresser quelques petites minutes seulement, puis faire une syncope. C’est ce que vivait Nirina, 48 ans, atteinte depuis 2017 d’une atrophie multisystématisée de type Parkinson, une maladie neurodégénérative rare (dont on estime qu’elle touche entre 1 personne sur 10 000 à 50 000) et qui génère, entre autres symptômes invalidants, une hypotension dite orthostatique, à savoir une chute brutale de la tension artérielle qui se produit lorsque l’on passe de la position assise ou couchée à la position debout. Durant une année et demie, Nirina n’a pu vivre autrement qu’alitée, jusqu’à ce qu’on lui implante un système électronique sur la moelle épinière lui permettant non seulement de se lever, mais aussi de remarcher sur quelques centaines de mètres.