Non, la tentation ne fait pas le larron. L’adage vient d’être formellement démenti par une étude publiée dans la revue Science le 21 juin. Au vrai, le préjugé est tenace: tiraillés entre nos intérêts individuels et le bien collectif, nous serions incapables, le plus souvent, de réfréner nos pulsions égoïstes. Donc de résister à l’attrait des fruits défendus. Le contrepoids des valeurs morales ne suffirait pas…

Lire aussi: La spirale du mensonge expliquée par les neurosciences