A Hawaii, le projet de construction du plus grand télescope du monde au sommet du Mauna Kea suscite une vive opposition, rapporte le site Tech Times. Et pour cause: ce volcan endormi culminant à 4207 mètres d’altitude – le plus haut de l’archipel – est sacré pour les populations autochtones. C’est à son sommet considéré comme le point de rencontre entre le Ciel-Père et la Terre-Mère, selon la tradition orale polynésienne, que sont dispersées les cendres des défunts.

D’après les promoteurs du TMT (télescope de trente mètres d’après son acronyme anglais), le site choisi ne comporte aucun autel sacré et n’est utilisé pour aucune pratique rituelle. Ils rappellent en outre que 13 autres télescopes, sources d’emplois et à vocation éducative, sont déjà en place sur la montagne.

Face à ce projet pharaonique estimé à 1,4 milliard de dollars, en partie financé par les Etats-Unis, la Chine, l’Inde et le Japon, les protestations de quelques natifs de l’île paraissent bien dérisoires. Des dizaines d’entre eux ont été interpellés début avril alors qu’ils bloquaient l’accès à la montagne aux camions.

Depuis, le mouvement s’est attiré la sympathie des étudiants et d’une partie de la population. Une manifestation réunissant des milliers de personnes a été organisée lundi 13 avril, appelant à cesser ce projet.

Le Conseil international des traités indiens a appelé à un soutien mondial contre la construction du TMT et a prévenu que les protestations continueraient tant que le projet sera maintenu. De leur côté, la police locale a averti que les arrestations se poursuivraient en cas de nouvelles actions.