La marée noire de Norilsk préfigure le sort de l’Arctique russe, alors que les autorités russes claironnent hâtivement contenir la catastrophe. Lundi matin, 650 m3 d’hydrocarbures ont été capturés, d’après l’agence fédérale supervisant les voies de transport maritime. «Presque 17 000 m3 de sol pollué ont été évacués», d’après l’agence officielle Tass, qui cite le Ministère russe des situations d’urgence.

Norilsk Nickel, la richissime entreprise propriétaire de la centrale thermique – et d’à peu près toute l’économie locale –, s’est déclarée en mesure de nettoyer la marée noire en deux semaines. Mais derrière ces chiffres invérifiables indépendamment, il est impossible de mesurer aujourd’hui l’efficacité des mesures prises pour limiter les conséquences de cette catastrophe.