ASTRONOMIE

Mercure va grignoter le Soleil

Lundi 9 mai, le transit de la planète Mercure devant le Soleil a été visible depuis l’Europe de l’Ouest. L'événement était à ne pas manquer, car il n’a lieu que treize fois par siècle

Dans la course annuelle des planètes autour du Soleil, il arrive que plusieurs d’entre elles s’alignent parfaitement. C’est ce qui arrivera à Mercure et à la Terre ce lundi 9 mai. Un événement assez rare, puisqu’il ne survient qu’une dizaine de fois par siècle.

Un transit planétaire a lieu lorsqu’une planète se déplace entre un observateur et un astre plus grand qu’elle. Lundi, Mercure, la Terre et le Soleil seront temporairement sur une seule et même ligne: Mercure, dont le diamètre est de 4780 km seulement, «donnera l’impression de grignoter l’un des bords du Soleil puis il le traversera très lentement avant de ressortir de l’autre côté», explique à l’AFP Pascal Descamps, astronome à l’Observatoire de Paris. Depuis l’Europe, ce transit sera précisément visible entre 13h12 et 20h40.

Pourquoi cet événement est-il si rare? La réponse se trouve dans l’organisation du système solaire. Chaque planète se déplace le long d’une ellipse, qui se trouve elle-même dans un plan. Or les plans de chacune des planètes ne sont pas tous parallèles. En l’occurrence, celui de la Terre (appelé «plan de l’écliptique») et celui de Mercure sont inclinés de 7 degrés l’un par rapport à l’autre. Pour qu’il y ait un transit visible depuis la Terre, il faut que ces deux planètes se situent en même temps sur l’axe de croisement de leur plan.

De plus, pour pouvoir observer le transit de Mercure devant le Soleil, il faut que ce phénomène ait lieu… de jour. Autant de conditions qui expliquent sa rareté depuis nos latitudes. Le dernier s’est produit il y a dix ans. Les prochains seront en novembre 2019, en novembre 2032 et en mai 2049. C’est un savant français, Pierre Gassendi, qui a observé pour la première fois en 1631 un passage de Mercure devant le Soleil. Ce transit avait été prédit quelques années avant par Johannes Kepler, décédé en 1630 avant d’avoir pu le voir.

Chasse aux exoplanètes

Au-delà des phénomènes terrestres, la méthode du transit planétaire est au cœur des recherches actuellement menées pour traquer les exoplanètes, ces planètes orbitant autour d’une autre étoile que notre Soleil. Les astronomes tentent également de déceler d’infimes baisses passagères de luminosité de l’étoile lointaine observée, ce qui trahirait alors la présence d’un compagnon planétaire; 1210 des 2116 exoplanètes découvertes à ce jour l’ont été par la méthode du transit.

Lire aussi: «Nous avons lancé une nouvelle science: la quête de la vie dans l’Univers»

Regarder le Soleil sans protection adéquate peut provoquer un aveuglement temporaire ou permanent. De plus, du fait de la petitesse de cette planète, son observation nécessite un système de lentilles grossissantes. La contemplation du transit demande donc de se munir d’un télescope préalablement équipé de filtres adéquats. Ou alors de recourir – pour ceux qui en possèdent un – à un «solarscope», sorte de boîte cartonnée munie d’un objectif avec une lentille, couplé avec un petit miroir convexe; cet instrument permet d’observer sans danger le Soleil par projection de son image inversée sur un écran.

Où observer le phénomène?

Ce lundi 9 mai, plusieurs institutions d’astronomie mettront à disposition du public leurs télescopes. A Genève, l’Observatoire de l’Université de Genève invite les personnes intéressées sur le toit du centre commercial Balexert*. Des astronomes seront sur place pour commenter l’événement et répondre aux questions. Enfin, pour ceux qui ne peuvent se déplacer, le transit de Mercure sera aussi retransmis en direct sur divers sites internet, comme sur celui de l’Agence spatiale européenne, ou celui de sa pendante américaine, la NASA.

Le site très complet de l’association Europlanet sur l’événement: ici


*Mercure sous le feu des projecteurs: L’Observatoire de l’Université de Genève et Balexert invitent le public à observer le transit de Mercure devant le Soleil, le 9 mai 2016.

Centre commercial Balexert, Avenue Louis-Casai 27, 1211 Genève. Heures d’ouverture: 9h30-21h

L'occasion aussi d’y redécouvrir l’exposition sur les exoplanètes «Les nouveaux mondes» (visible jusqu’au 21 mai 2016)

Publicité