François Hollande a salué samedi un symbole de liberté et de volonté avec le départ pour les Etats-Unis de L’Hermione. Cette réplique de la frégate sur laquelle le marquis de La Fayette a traversé l’Atlantique en 1780 pour aider les indépendantistes américains doit partir de Charente-Maritime dans la soirée. Le trois-mâts de 65 mètres, reconstruit à l’identique, est attendu le 5 juin prochain en Virginie.

Venu assister à Fouras aux célébrations autour de ce navire qui renvoie à l’histoire franco-américaine, le président français a dit voir dans le travail de reconstruction, qui a duré 18 ans, un symbole de la volonté et de la capacité à rêver.

«S’il y avait encore des gens qui pensaient que rien n’était possible en France, [...] des aveugles qui prétendaient qu’il était vain de rêver, cette journée, c’est la meilleure réponse que la France pouvait leur apporter», a-t-il dit.

Vaincre la résignation

L’Hermione «montre que la volonté peut décider de tout», a ajouté le président qui marquera bientôt trois ans de mandat et dont la politique tarde à produire des effets sur le chômage et l’activité économique.

Citant les mots de La Fayette: «pour que vive la liberté, il faudra toujours que des hommes se lèvent et secouent l’indifférence ou la résignation», le chef de l’Etat a insisté sur son message volontariste.

«Encore aujourd’hui, il faut vaincre la résignation, l’indifférence, il faut faire preuve de volonté, d’engagement», a-t-il souligné.