Il était une fois un chétif insecte aux ailes blanches comme la neige. Cet insecte volant fut aussi un fieffé voleur. Il y a bien longtemps, il déroba un objet rare. Pas une triviale brindille. Il s’empara d’un gène de plante. L’histoire, alors, devient immorale – mais l’évolution ne délivre pas des leçons de morale. Car ce gène volé permit ensuite à la bestiole d’infester, en toute impunité, une myriade d’espèces de plantes.

Cette fable insolite, mais authentique, nous est contée dans la revue Cell du 25 mars. L’insecte en cause est une minuscule «mouche blanche», appelée aleurode du tabac ou Bemisia tabaci, en latin. Malgré sa taille lilliputienne, elle cause d’intenses ravages. Tomate, coton, brocoli, chou, aubergine, manioc, melon…: elle fait bombance sur près de 600 espèces végétales.