Le mois de juillet 2021 a été le mois le plus chaud jamais enregistré sur Terre, a annoncé vendredi une agence scientifique américaine. Celle-ci a également évoquant une «trajectoire inquiétante» pour la planète sous les assauts du changement climatique.

Notre éditorial:  La souffrance s’invite dans le climat

Lire également:

«Cette première place est la pire», a déclaré dans un communiqué le chef de l’Agence nationale océanique et atmosphérique américaine (NOAA), Rick Spinrad. «Le mois de juillet est généralement le mois le plus chaud de l’année, mais juillet 2021 s’est surpassé, devenant le mois de juillet et le mois tout court le plus chaud jamais enregistré.» «Ce nouveau record accentue la trajectoire inquiétante et perturbante sur laquelle le changement climatique a mis le globe», a-t-il ajouté, tandis que des feux virulents et autres phénomènes climatiques extrêmes frappent actuellement des régions du monde, de la Sibérie à l’Algérie, de la Turquie à la Californie.

La température globale à la surface de la planète a été plus élevée de 0,01°C par rapport au précédent mois de juillet le plus chaud, en 2016 (qui était alors arrivé à égalité avec les mois de 2019 et 2020). Et elle était de 0,93°C au-dessus de la moyenne des températures au 20e siècle.

Un «score» différent

Dans l’hémisphère nord en particulier, la température enregistrée à la surface des continents (donc en excluant les océans) a été «sans précédent», de 1,54°C au-dessus de la moyenne, surpassant le précédent record de 2012. Les relevés ont commencé il y a 142 ans, a précisé la NOAA.

Le service européen Copernicus sur le changement climatique (C3S) a de son côté estimé la semaine dernière que le mois de juillet 2021 était le troisième mois de juillet le plus chaud sur Terre. Il est fréquent que les agences présentent de petites différences dans leurs données.

«NOAA a une couverture plus limitée sur l’Arctique», ce qui peut expliquer cette différence, a expliqué Zeke Hausfather, climatologue au Breakthrough Institute et spécialiste des records de température. «Mais indépendamment d’où exactement (le mois de juillet) arrive dans le classement, le réchauffement enregistré dans le monde cet été est une conséquence claire du changement climatique.»

Evénements extrêmes

L’annonce de ce record intervient quelques jours seulement après la publication d’un nouveau rapport des experts climat de l’ONU (Giec), montrant sans équivoque que le climat change plus vite qu’on le craignait, par la faute de l’humanité. Le réchauffement de la planète pourrait atteindre le seuil de +1,5°C autour de 2030, dix ans plus tôt qu’estimé, menaçant de nouveaux désastres «sans précédent», selon ce rapport.