Dès lundi, nous aurons épuisé les ressources que la Terre est capable de produire en une année. Nous arrivons au bout de notre quota après seulement sept mois, soit plus tôt que l’an passé, selon les calculs de l’organisation environnementale WWF.

Si tout le monde vivait comme les Suisses, l’humanité aurait besoin chaque année de trois planètes pour subvenir à ses besoins, relève un communiqué du WWF Suisse dimanche. Chaque année, la demande humaine en ressources naturelles dépasse la capacité de régénération de la Terre: nous consommons 1,7 planète, pour être précis.

Lire aussi: Les forêts ne vont pas mourir, mais elles vont terriblement changer

A partir du 29 juillet, nous aurons ainsi rejeté plus de dioxyde de carbone dans l’atmosphère que les océans et les forêts ne sont capables d’en absorber. La quantité d’arbres abattus et de poissons prélevés dans les mers et les fleuves dépasse les capacités de régénération des océans et des forêts.

Les Suisses prennent l’avion trois fois plus souvent que leurs voisins

Ce «jour du dépassement de la Terre», comme l’appelle le WWF, marque le moment où nous avons consommé plus de ressources que la Terre n’est capable d’en produire. Il est l’occasion pour l’organisation environnementale d’inviter chacun à évaluer sa propre empreinte écologique.

Notre empreinte globale, calculée à l’aide de la méthode du «Global Footprint Network», augmente chaque année, souligne le WWF. Il y a vingt ans, selon cette même méthode, il fallait trois mois de plus à l’humanité pour atteindre ce seuil. C’est surtout le mode de vie des pays industrialisés qui contribue à alourdir ce bilan.

Lire également: Pablo Servigne: «Il faut faire le deuil de notre monde pour écrire une nouvelle histoire»

En Suisse, par exemple, 19% des émissions de gaz à effet de serre et 28% de la pollution de l’environnement sont dus à nos habitudes alimentaires, relève le WWF. Les personnes qui diminuent leur consommation de viande à seulement trois jours par semaine réduisent déjà leur empreinte écologique de 20%.

L’épuisement des ressources naturelles est observé par le WWF depuis les années 1970, mais le phénomène tend à s’accélérer. Les Suisses ne sont pas les derniers à y contribuer. Ils prennent ainsi l’avion environ trois fois plus souvent que leurs voisins européens. Or ces voyages augmentent les émissions de CO2, qui sont la principale cause du dérèglement climatique.


Retrouvez notre dossier sur l’urgence climatique